PARTAGER

Après avoir suivi cette projection de Félicité au Sénégal, quel est votre sentiment ?

Je suis contente et remercie les sénégalais qui ont fait de moi l’une des leurs. Vous avez fait de moi  un membre de votre famille. Quand je suis au Sénégal, c’est comme si je suis à Kinshasa. Je suis à l’aise et c’est comme si j’étais dans ma propre maison. C’est la sixième fois que je viens au Sénégal. Alors l’essentiel pour moi ce n’est pas que les gens viennent mais que les gens comprennent et captent le message. Je souhaite que le message du film passe. La manière dont on perçoit le message est importante pour moi. Les gens ont compris. Le film Félicité est venu donner l’espoir là où il n’y en avait pas. Il faut la réconciliation dans la vie, il faut s’aimer,…

A-t-il été facile de jouer le rôle de Félicité ?
Non ça ne l’était pas. Mais si j’ai réussi à incarner ce personnage, c’est dû au fait que c’est une vie qu’on connait et qui se passe tout le temps à Kinshasa. Et il y a des personnes qui tout autour de nous vivent ça. C’est un film où tout le monde peut se retrouver.

Qu’est-ce que ce rôle de Félicité vous a appris ?
Il m’a beaucoup appris. D’abord la confiance en moi. Qu’il ne faut pas abandonner. Il faut tenir jusqu’au bout. Il ne faut pas se laisser faire. Il faut toujours rester digne et fier. Toujours défendre les valeurs, les vraies valeurs. C’est un rôle qui m’a profondément changée, et qui m’a fait beaucoup avancer.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here