PARTAGER

Quelles sont vos appréciations en descendant de scène ?
C’était super. Incroyable d’être enfin sur scène à Saint-Louis. C’est incroyable l’ambiance du festival. J’ai adoré cette rencontre avec le public de Saint-Louis. J’ai joué la musique pour tout le public du Sénégal et c’était un très grand moment pour moi. Je rêvais de ce moment. Saint-Louis Jazz est un évènement incroyable. Je suis content que d’autres amis à moi comme Alioune Wade et autres puissent passer dans ce festival. Le festival n’est pas très grand, mais c’est très chaleureux.

Vous avez pourtant fait faux bond l’an dernier…
Oui ! Il y a eu quelques problèmes et je ne suis pas arrivé. Mais je suis content d’être venu cette année. Et on a passé de très bons moments avec le public. Et j’ai eu du plaisir à jouer la musique que j’ai créée pour le Sénégal. Une musique inspirée par le Sénégal.

Avez-vous un lien particulier avec la guitare ?
J’ai commencé à faire de la guitare basse à l’âge de 12 ans. J’exprime ce que je ressens avec la guitare basse. C’est ce que je sais faire le mieux. Et ici, j’ai pu montrer cela.

Vous étiez à Gorée et cela, semble-t-il, a inspiré votre album ?
Oui ! J’étais à Gorée et il y a quelqu’un qui avait expliqué l’histoire de l’esclavage, de ce peuple qui était capturé et gardé là dans cette maison. A partir de là, j’ai réalisé l’histoire de mon peuple, de mes ancêtres. J’ai compris comment les choses se sont passées et je ne comprends toujours pas comment il a pu survivre sur ces bateau. Il faut être très valeureux pour vivre cela. Cette histoire a été très émouvante pour moi.

Vous avez joué Tutu, en reprenant ce morceau, vous pensez sûrement à Miles Davis ?
J’ai composé ce morceau depuis 1986, pour Miles Davis, mais à chaque fois que je joue ce morceau, j’ai l’impression de voir son visage.

Et qu’est-ce qu’il vous dit ?
Il dit : “Marcus, ok. You play “Tutu” too much” (rires).

Vous voulez bien revenir à Saint-Louis ?
Bien sûr. Je vais revenir. Le public aime ma musique, ressent ma musique et comprend le message. C’était un très bon moment avec de très bons mélanges de rythmes. J’étais là, et j’ai joué différemment ce soir. J’aimerais d’ailleurs être l’ambassadeur du festival de Jazz de Saint-Louis. J’ai discuté avec le directeur et nous verrons les possibilités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here