PARTAGER

L’augmentation de 15 députés de plus à l’Assemblée nationale et ses incidences financières font beaucoup de bruit. Certains parlent de 6 milliards que devraient coûter les 15 députés dédiés à la diaspora. Interpellée sur la question, en marge du lancement du Réseau «Femme leadership et développement», samedi, parrainé par Abdoulaye Diouf Sarr, Aminata Touré répond : «La démocratie a un coût, si vous pensez que c’est très cher, il faut expérimenter le contraire. Nos concitoyens qui sont à l’étranger contribuent de manière significative à l’économie du pays. Donc, il est important qu’ils aient des représentants à l’Assemblée nationale, qui portent leur voix, leur préoccupation. C’est important, puisque 65% l’ont approuvé lors du référendum.» Si la responsable de l’Apr s’est gardée de s’immiscer dans ce qui est devenu l’affaire Bamba Fall et Cie, elle estime, tout de même, que «la démocratie sénégalaise a atteint un niveau tel, que l’on doit pouvoir s’exprimer tout à fait pacifiquement, que ce soit à l’intérieur des partis ou à l’extérieur, sans violence physique ni verbale». Mimi Touré d’ajouter : «C’est à nous, femmes et hommes politiques, de nous appliquer à avoir un message qui puisse être de civilité entre acteurs politiques même si on n’a pas les mêmes opinions.»
A ce lancement du Réseau «Fem­­me leadership et développement», la présidente de la Coali­tion des femmes mackystes pour l’émergence (Cofem), Lala Aïcha Fall, a indiqué : «Nous croyons fermement que le développement passe par les femmes.»
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here