PARTAGER

Leur leader, Idrissa Seck, avait trouvé «inadmissible» de discuter avec un «traître», en l’occurrence Talla Sylla. Les trois maires rewmistes de Thiès, qui reviennent de leur séjour en France, ont réagi hier aux accusations de «deal» avec le maire de la ville. Ils restent rewmistes, Idy demeure leur candidat en 2019, mais s’il s’agit de «trouver des solutions aux problèmes des Thièssois», ils ne n’hésiteront pas.

Leur réaction était très attendue. Idrissa Seck avait déclaré dans L’Observateur du vendredi 20 octobre dernier qu’il trouvait «inadmissible et répugnant de discuter avec un traître». Allusion aux maires rewmistes Lamine Diallo (Thiès-Nord), Pape Bassirou Diop (Thiès-Est) et Alioune Sow (Thiès-Ouest) qui se seraient retrouvés avec Talla Sylla. Sitôt rentrés d’un voyage de Paris, où ils ont séjourné pour les besoins, selon eux, d’un «séminaire organisé par l’Association des maires francophones (Amf)», les trois élus ont tenu un point de presse hier pour faire une mise au point. Lamine Diallo et Cie se sont d’abord étonnés de «toute la polémique qui a entouré» leur voyage que d’aucuns ont assimilé à «deal». «Il faut être clair : il n’y a pas plus engagé, plus fidèle, plus loyal envers le président Idrissa Seck que les maires de Thiès. Il ne peut pas y avoir un deal parce que le maire Talla Sylla dont il s’agit a pris son chemin. Nous avons choisi la dignité, la loyauté et la fidélité envers le président Idrissa Seck», a dit le maire de Thiès Nord. Qui précise, cependant : «Sur certaines questions transversales, il était nécessaire de trouver des solutions. Mais il faut que ça soit très clair, nous travaillons pour répondre aux problématiques qui sont au niveau de Thiès mais nous avons un parti, Rewmi, et notre président Idrissa Seck est notre candidat pour 2019. Pour rien au monde nous changerons de casquette, encore moins de manteau, nous resterons rewmistes. Et dans les prochains jours, nous allons lancer la campagne présidentielle ici, à Thiès, en formant des jeunes qui seront en ordre de bataille dans la collecte des suffrages des Thiessois», a-t-il insisté.
Revenant sur le «mobile» de leur séjour en France avec le maire de Thiès, Lamine Diallo dit : «Nous avons été élus pour servir Thiès. Et s’il fallait aller jusqu’à la planète Mars pour attirer des investisseurs et trouver des solutions aux problèmes des Thiessois, nous n’hésiterions pas. Nous avons reçu l’invitation de l’Amf et nous avons profité de notre séjour pour chercher des solutions à certaines problématiques de la ville de Thiès. Et la première problématique, c’est la gestion des ordures.» Dans ce cadre, il dit avoir été reçu, lui et ses collègues maires, par leur homologue de Cergy. «Dans notre entretien, nous lui avons fait une requête pour l’obtention de trois autres bennes tasseuses parce que Thiès doit avoir beaucoup d’engins lourds pour prendre en charge la problématique des ordures. Nous avons eu le contact d’un Franco-Thiessois qui a accepté de s’investir dans la ville de Thiès. D’ailleurs, il est actuellement au niveau de Thiès-Nord pour valoriser un site de plus 800 m2. Et le coût de cet investissement tourne autour de 170 millions de F Cfa. Et ce même Thiessois est prêt à créer une usine d’incinération des ordures. Voilà le mobile de notre déplacement en France», poursuit M. Diallo.

nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here