PARTAGER

La Coalition des organisations en synergie pour la défense l’éducation publique veut une représentation qualitative et quantitative de la Société civile au sein du Groupe national des partenaires de l’éducation et de la formation (Gnpef). Cheikh Mbow, directeur exécutif de la Cosydep, plaide pour l’implication de tous les acteurs afin d’améliorer l’accès à l’éducation à tout le monde et repenser les systèmes d’enseignement et d’évaluation pour plus de qualité dans le secteur éducatif.

Par Bassirou MBAYE

La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) a organisé une session de partage sur les fondamentaux, orientations et enjeux du Groupe national des partenaires de l’éducation et de la formation (Gnpef). Selon le directeur exécutif de la Cosydep, cette activité s’inscrit dans une volonté de renforcer la présence des Organisations de la Société civile (Osc) dans le Gnpef. Car, pour Cheikh Mbow, la Société civile n’est présentée dans ledit groupe que par 7 organisations et que le système de représentation ne garantit pas une participation de qualité de ceux qui portent la voix du Peuple. Par conséquent, dit-il, «soucieuse de l’amélioration de la participation de qualité de la Société civile à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation du plan sectoriel (pour l’éducation), la Coalition met en œuvre, en partenariat Back-up Education, un programme de renforcement du dispositif de représentation des Osc dans le Gnpef». A ce titre, insiste M. Mbow, la principale stratégie développée par la Cosydep sera axée sur le partage d’informations et la mise à niveau des acteurs pour une participation de qualité de la Société civile au dialogue politique du secteur de l’éducation. Cela, dans le but de ne pas avoir une présence seulement physique dans le Gnpef mais surtout de qualité avec une expertise leur permettant de développer des stratégies importantes et les proposer aux autorités afin d’avoir une éducation de qualité et faciliter l’accès à tout le monde. «Nous savons encore qu’il y a près de 1 million 500 mille enfants hors école et que 60 % d’entre eux sont en milieu rural, aussi 1/3 de ces derniers vivent avec un handicap», détaille le directeur exécutif de la Cosydep. Qui renchérit qu’ils ont fait face au défi des performances avec le système éducatif qui récolte des résultats qui ne sont pas les meilleurs. Ainsi, «il faudrait qu’on repense ensemble, avec la complémentarité et la complicité de tous les acteurs, les processus d’enseignement-apprentissage, le système d’évaluation, d’orientation pour faire en sorte que la réussite puisse être une réalité pour tous les enfants», recommande enfin Cheikh Mbow, directeur exécutif de la Cosydep.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here