PARTAGER

Les élus locaux, à travers l’Association des maires du Sénégal (Ams) et l’Association des présidents de département du Sénégal (Ads), se sont engagés à Diamniadio à être aux côtés du chef de l’Etat pour mettre le pays sur les rampes de l’émergence.

Les maires du Sénégal ne veulent pas être en reste dans la mise en œuvre de la politique de développement du pays. Dans leur résolution produite à l’issue des travaux de la rencontre des élus locaux avec le président de la République à Diamniadio, «ils réaffirment leur soutien total et massif au président de la République dans son ambition constante de mettre le Sénégal sur les rampes de l’émergence». Aussi, l’Association des maires du Sénégal (Ams) et ses membres ont-ils pris l’engagement «de se mobiliser et de jouer leur rôle dans la bonne exécution du Pap 2 du Pse, et la bonne conduite dans chaque collectivité territoriale des cinq axes prioritaires fixés par le chef de l’Etat et les programmes sectoriels».
Les maires vont aussi s’approprier les «grandes orientations déclinées» par le premier des Sénégalais «pour la période 2019-2023, et le confortent dans sa conviction que les territoires doivent être au cœur de la réussite des cinq initiatives majeures, des trois programmes sectoriels, et des cinq accès universels». (Voir par ailleurs)
Les maires saluent la tenue très prochaine d’un Conseil présidentiel sur toutes les questions liées à la «politique de décentralisation et des réformes à opérer pour rendre efficace l’action publique (…)».
Ces élus locaux ont pris l’engagement d’«accompagner le président de la République par des actions concrètes», entre autres, «fournir les assiettes foncières nécessaires pour la réalisation de l’ambitieux programme des 100 mille logements, s’impliquer fortement pour la promotion de la propreté dans les communes, s’impliquer pour la matérialisation rapide des accès universels».
Les présidents de Conseil départemental, les conseillers départementaux et leur association, l’Ads, à travers une résolution lue par Dr Adama Diouf, président de l’Association des départements du Sénégal (Ads), se sont engagés à «s’approprier» les «programmes novateurs», «à les inscrire dans leurs planifications locales et à les mettre en œuvre progressivement avec les moyens dont nous disposons».
Considérant que «le Pse 2, territorialisé, balise» la vision présidentielle «et décline les futures possibles et promoteurs», les départements ne comptent pas «rater cette opportunité pour construire leur territoire par une politique de revitalisation à partir de leurs ressources propres, mais dans le cadre d’une approche partenariale, Collec­ti­vités territoriales – secteur privé local et national – Etat, en parfaite cohéren­ce /intelligence avec les communes du département».
Les présidents de Conseil départemental vont œuvrer à l’intégration de ces «programmes villes créatives, Pse Ess, Pse Vert, Pse Cap sur l’industrialisation notamment, dans (leurs) plans départementaux de développement» et la priorisation de ceux-ci «pendant la mise en œuvre des programmes d’investissement».
Saluant la création du département Collectivité territoriale, les présidents de Conseil départemental ont exprimé leur souhait de voir leurs collectivités bénéficier de la part de l’Etat de davantage de ressources.
Evoquant leurs nombreuses requêtes, ils citent la fiscalité propre aux départements et qui «est aussi une attente pour leur autonomie progressive afin de pouvoir mettre en œuvre leurs projets de développement». En ce sens, «un accompagnement soutenu par la création d’un ‘’Pacasen rural’’, un Pades : Programme d’appui aux départements du Sénégal, en ancrage par exemple au Pndl, avec des compétences dédiées aux départements et élargies aux autres communes non bénéficiaires de l’actuel Pacasen» serait le bienvenu, au regard de ces acteurs à la base.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here