PARTAGER

L’Etat compte mettre à la disposition des producteurs 150 mille tonnes d’engrais, dans les prochains jours, indique le directeur de l’Agriculture, Omar Sané, qui rassure les producteurs.

L’hivernage a commencé dans certaines parties du pays, laissant parfois des acteurs du monde rural préoccupés. Mais au niveau de l’Etat, on compte accompagner les producteurs. La preuve avec la réaction du directeur de l’Agriculture. Omar Sané annonce en effet la mise à la disposition à l’échelle nationale de ces producteurs, dans les prochains jours, d’une quantité de 150 mille tonnes d’engrais. Interrogé hier par Radio Sénégal, le directeur de l’Agriculture s’est voulu rassurant à l’endroit des paysans et autres producteurs en indiquant que «les dispositions ont été prises, les opérateurs commencent l’enlèvement au niveau des Ics (Ndlr : Industries chimiques du Sénégal). Nous pensons que, dans les prochains jours, nous aurons une situation détaillée sur le niveau de mise en place de ces engrais». M. Sané n’a pas manqué de se faire insistant au sujet de cette mise à disposition des engrais. Puisqu’il déclare : «Les opérateurs sont soutenus, chaque opérateur connaît sa localité, le planning est sorti. Nous pensons que dans les prochains jours, Inch’Allah, nous aurons une situation détaillée.»
Au sujet de la situation de la région de Kédougou par rapport à la présente campagne agricole, le directeur de l’Agriculture a fait savoir : «Si je prends l’arachide, ils sont actuellement à plus de 60% de mise en place. Et d’habitude, comme vous le savez, donc c’est une zone (où) sur les 200 tonnes d’arachides, (…) on a mis 130. D’habitude, ce sont eux qui demandent qu’on mette au fur et à mesure ces intrants-là.»
Les services du ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural n’ont pas omis la mise en place des semences de maïs dans la zone de Kédougou. D’autant que M. Sané fait état de «pratiquement 90% de mise en place». «Pour cette zone-là, le travail a été fait et nous avons même pris le soin d’identifier des opérateurs locaux pour prendre les préoccupations au niveau de ces zones-là. Ces opérateurs locaux sont en train de faire ce travail-là», renseigne le directeur de l’Agriculture. Qui pense que «dans les prochains jours, la situation va évoluer rapidement. Les ventes ont même démarré dans ce domaine-là. On est même à plus de 30% de ventes au niveau de Kédou­gou». Un taux qu’il ne juge pas, d’ailleurs, banal dans une zone où il a commencé à pleuvoir, car à l’en croire, «ce n’est pas peu si on compare par rapport à l’année dernière».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here