PARTAGER

La miss Sénégal 2016 avait révélé, après son élection, n’avoir pas reçu la voiture que lui devait Cfao Motors ainsi que d’autres lots. En conférence de presse hier, le comité d’organisation miss Sénégal nouvelle vision et le chargé d’affaires de cette société d’automobile ont affirmé le contraire. Selon eux, «il n’a jamais été écrit dans le contrat que la Cfao Motors devait une voiture à miss Sénégal». «Miss Sénégal 2016 avait mal compris», ont-ils mentionné, expliquant que «la voiture était juste une exposition pour des besoins de publicité».

Apres avoir été élue miss Sénégal 2016, Ndèye Astou Sall a fait une sortie révélant qu’elle n’a toujours pas reçu la voiture que lui devait Cfao Motors ainsi que d’autres lots. Mamadou Diouf, chargé d’affaires de cette société d’automobiles a apporté quelques éclaircissements sur cette affaire. Il explique qu’«il y a des articles qui circulent sur le net disant que notre société était redevable d’un véhicule. Je dis aujourd’hui que c’est vraiment faux. Parce dans le contrat qui nous lie à miss Sénégal, il n’est pas question de donner un véhicule». Selon M. Diouf, «Si la Cfao avait promis une voiture, elle allait la donner». «Ça s’est fait avec de grandes entreprises et on n’a jamais eu ce genre de problèmes là», a-t-il ajouté, précisant également que dans le contrat, il n’a été mentionné à aucun moment que la Cfao va donner un véhicule à la miss.
«En tant que partenaire, on a eu à aider selon les termes du contrat pour l’organisation de cet évènement et ça s’arrête là. Et en tant que partenaire aussi, on avait le droit d’exposer notre véhicule», a martelé ce représentant de Cfao Motors. Pape Faye, membre du comité d’organisation, a pour sa part appuyé ses propos. «Il n’a jamais été question d’un véhicule à la miss. Je pense que c’est clair. C’était pour la bande annonce du lancement de miss Sénégal, qu’on devait exposer le véhicule. Il n’a jamais été écrit que la voiture sera destinée à la miss», insiste-t-il. «Quand elle a gagné, elle n’a pas voulu signer le contrat de gestion, car chaque miss doit être gérée par le Comité national partout dans le monde. Et si on n’a pas de contrat, on ne pourra pas l’aider», dira Aminata Badiane, présidente du comité d’organisation de miss Sénégal nouvelle vision. Concernant les lots et récompenses que la miss n’avait toujours pas reçus, Mme Badiane mentionne : «Je voulais l’amener en France et en Côte d’Ivoire. Là je ne peux pas le faire sans contrat et c’est trop tard. Elle n’a pas respecté les chartes.»
S’agissant des rumeurs qui circulaient, disant que la miss a été détrônée, Pape Faye se veut aussi clair. «L’histoire du retrait de la couronne, c’est une fausse rumeur. D’ailleurs, nous avons fait un démenti. La miss, est restée miss, parce que ce n’est pas le comité qui l’a élue mais un jury international», peste-t-il. Non sans ajouter, qu’ils n’ont pas la prérogative d’aller retirer une couronne. Cependant, poursuit M. Faye, normalement, à la finale, la miss devra remettre entre les mains du Comité national, la couronne pour la prochaine élue. Par contre, «elle peut garder la couronne de miss Dakar», indique M. Faye, par ailleurs président national de l’Arcots. Cette conférence de presse était surtout un prétexte pour revenir sur le bilan de l’année dernière, et sur l’organisation de l’édition 2017 de Miss Sénégal. A ce propos, Aminata Badiane a soutenu que l’édition de relance l’an dernier, a été un grand succès, une grande réussite. «Ça fait presque 3 ans qu’on ne parlait plus de l’évènement Miss Sénégal, c’est moi qui l’ai relancé, il faudra le savoir et ce n’est pas évident», a insisté Mme Badiane.

Miss Sénégal 2017 sera connue en novembre
Pour ce qui concerne l’édition 2017, elle a été officiellement lancée à Thiès le 22 juillet dernier, suivie de la phase régionale à Tambacounda, Kédougou, et Diourbel. L’on informe que la semaine prochaine se sera au tour de Saint-Louis, Louga et Matam. La grande finale se tiendra le 18 novembre à Dakar. Mais le lieu n’a pas été choisi pour le moment. Le thème retenu cette année est la protection de l’enfance et la lutte contre les inégalités sociales. Et pour ne pas être confronté aux difficultés de l’an passé, des mesures concrètes ont été prises, renseigne Mme Badiane. «Toutes les miss vont signer leur contrat avant leur participation», a conclu la présidente du comité d’organisation de Miss Sénégal
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here