PARTAGER

Depuis hier, des hommes d’affaires autrichiens séjournent au Sénégal pour nouer des partenariats avec le secteur privé national.
Les Sénégalais connaissent de l’Autriche ses beaux tissus basins ou brodés. Mais le pays ne se réduit pas qu’au secteur du textile. En atteste l’arrivé d’une mission commerciale autrichienne au Sénégal depuis hier. Riche d’une dizaine d’entreprises, la mission a pour objectif de «promouvoir les relations économiques avec le Sénégal», explique M. Mickael Berger, conseiller commercial à l’ambassade autrichienne au Maroc. En 2017, l’Autriche a importé du Sénégal pour une valeur de 35 millions d’euros, soit près de 23 milliards de francs Cfa ; ce qui place notre pays au troisième rang des partenaires de l’Au­triche en Afrique derrière le Maroc et le Mali. Dans le même temps, les exportations sénégalaises n’atteignaient que le million d’euros, soit environ 655 millions de francs Cfa. Selon l’ambassadrice d’Autriche à Dakar, Mme Caroline Gudenus, le Sénégal envoie essentiellement dans son pays des produits horticoles. «Il y a déjà des relations commerciales, mais il y a possibilité de les améliorer. Ce qui est très connu au Sénégal, c’est le tissu, mais nous cherchons aussi des possibilités pour nos entreprises», indique Mme Gudenus.
La délégation est composée d’une dizaine de sociétés évoluant dans divers secteurs comme la technologie médicale et l’équipement sanitaire, les énergies renouvelables, les systèmes de communication ou les infrastructures. Les hommes d’affaires autrichiens sont en quête de partenariats, souligne M. Maurice Gouthon, consultant auprès du conseiller commercial. «L’Autriche, ce sont des Petites et moyennes entreprises (Pme) très pointues et évoluant dans des secteurs spécifiques. Par exemple, nous avons ici une société qui fabrique des chaînes utilisées par les gros engins miniers», explique M. Gouthon.
«Cette mission est la première depuis plusieurs années. J’ai trouvé qu’il y a beaucoup de possibilités au Sénégal pour nos entreprises, surtout dans l’infrastructure, l’agriculture ou le photovoltaïque. Il y a beaucoup de secteurs dans lesquels les entreprises autrichiennes ont une technologie, un  savoir-faire qui peut très bien être adapté pour le Sénégal», indique Mme Gudenus. Elle souligne que des entreprises autrichiennes sont déjà présentes au Sénégal et évoluent dans le domaine de la transformation de produits comme les fruits de baobab et le sésame. Après deux jours de rencontre avec les hommes d’affaires sénégalais, la délégation autrichienne prendra le chemin de Ouagadougou, au Burkina Faso, pour participer au Forum Africalia.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here