PARTAGER

Le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) a amorcé une réflexion sur l’équité territoriale déclinée en sous-thèmes dont le dialogue des territoires et l’intercommunalité. Cette dernière est, selon la présidente du Hcct, impérative pour avoir des entités viables, compétitives, qui puissent permettre de faire des projets bénéfiques pour les populations. En effet, les collectivités territoriales peinent à mobiliser les ressources dont elles ont besoin pour le financement de leurs projets de développement, alors qu’il y a des ressources dédiées pour aider à préparer des projets.
Pour s’imprégner des opportunités de financement, le Hcct a invité hier Amadou Hott, ministre de l’Economie, du plan et de la coopération.
«Au niveau des communes, des départements, de tous les ordres de collectivités territoriales, nous avons besoins de financements et les membres du Hcct sont satisfaits des réponses fournies par le ministre», a déclaré Aminata Mbengue Ndiaye à l’issue de la plénière. La présidente du Hcct et ses camarades se félicitent des services de planification dans les régions et de l’unité Partenariat public-privé (Ppp) qui va conseiller et accompagner les collectivités à faire des Ppp bancables, viables équitables et transparents.
«Les opportunités telles que les contrats-plan, la coopération, l’intercommunalité sont offertes aux collectivités qui disposent de ressources qui, si elles sont exploitées, peuvent permettre de développer leur territoire dans les années à venir», a dit la présidente du Hcct.
Selon son hôte, il est important que les collectivités travaillent ensemble dans le cadre de l’intercommunalité pour pouvoir préparer des projets structurants qui intéressent les investisseurs et le secteur privé, soit dans des projets purement privés, soit le Ppp. «Nous sommes en train de réformer la gouvernance des Ppp au Sénégal pour tenir compte de ces aspects, mais aussi du risque dans les Ppp, les engagements que les collectivités ou l’Etat seraient amenés à prendre, que ce soit des engagements raisonnables ou pas d’engagements», a indiqué le ministre en charge de l’Economie.
«Ce qu’il faut éviter, conseille-t-il, c’est qu’il y ait des engagements qui vont utiliser tout le budget futur des collectivités.»
«Il est important de pouvoir faire des études structurées, préparer des projets. Sans cette phase, on ne peut pas attirer des investisseurs. L’Apix, le Fongip pourront accompagner, alors que l’Unité Ppp jouera un rôle majeur dans la mise en œuvre prochaine des Ppp que l’Etat centrale, les institutions publiques ou les collectivités seraient amenés à faire en un mode fast track, mais surtout équitable», dira Amadou Hott.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here