PARTAGER

La tête de liste départementale de la coalition Manko taxawu senegaal (Mts) à Mbacké s’indigne de la manière dont les élections se sont déroulées dans cette localité. «J’ai été privé de mon droit de vote en tant que tête de liste du département de Mbacké lors du scrutin de dimanche. Il en a été de même pour mon épouse. Bien que devant voter à Touba-Mosquée comme mentionné sur nos récépissés, l’Administration, à notre grande surprise, nous a transférés dans le département de Diourbel, à école Touba-Ndiarème», a dit Moctar Sourang dans un communiqué. Par ailleurs, il ajoute que leurs amis, parents, militants, alliés et concitoyens, qui avaient l’intention de voter pour Mts et qui se sont déplacés «par milliers, ont attendu en vain l’ouverture des bureaux de vote à Darou Khoudoss, Touba Madyana, Darou Miname, Alieu, Guède». Le président de l’Union nationale patriotique (Unp) pointe ainsi un doigt accusateur à l’Administration. «Le sous- préfet, le préfet, sous les ordres du ministre de l’Intérieur, avaient manifestement planifié la non-organisation du vote dans les quartiers qui étaient défavorables à la coalition présidentielle et avaient ainsi sciemment décidé de saboter le déroulement du scrutin dans ces zones», a-t-il ajouté. Selon lui, «près de 118 mille 308 électeurs n’ont pas pu voter, soit plus que le nombre d’inscrits dans les départements de Matam, Tamba, Bakel, Sédhiou, Dagana et Louga». Et puis, souligne M. Sourang, «le nombre d’électeurs qui ont été privés de leur droit de vote à Touba est supérieur au nombre de votants dans le département de Mbacké lors du scrutin de dimanche, lequel s’élève à 105 mille 919». Il en déduit que le «sabotage du scrutin a été orchestré et planifié en vue de décourager les électeurs de Touba».
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here