PARTAGER

La région de Saint-Louis va bénéficier d’un investissement de plus de 133 milliards de francs Cfa du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma) pour le développement de ses territoires et axes frontaliers. Moussa Sow, coordonnateur national dudit programme, l’a fait savoir au cours d’un Crd organisé à la gouvernance aux fins de mieux faire connaître le programme aux acteurs territoriaux.

Le coordonnateur du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma) poursuit ses Conseils régionaux de développement à travers le pays. Moussa Sow, accompagné de l’équipe de coordination nationale, a fait savoir que ces Crd s’inscrivent dans le cadre d’une démarche inclusive et participative du programme qui organise des missions de sensibilisation et de partage au niveau des comités régionaux de suivi du programme présidés par les gouverneurs de région. Après une série de rencontres avec les autorités administratives des régions du centre (Kaolack, Fatick et Kaffrine) et du sud-est (Kédougou), c’était au tour de Saint-Louis de recevoir la délégation du Puma avec pour objectif de recueillir les nouvelles priorités et d’établir une feuille de route des prochaines étapes.
A Saint-Louis, la mise en œuvre du programme qui comporte trois composantes, à savoir le désenclavement, le développement durable et la sécurité frontalière, permettra la réalisation d’infrastructures de base, le désenclavement routier et fluvial des zones frontalières et l’accès aux services de réseau téléphonique. Saint-Louis, qui fait partie des 10 régions frontalières concernées par ce programme, s’est fait la part belle dans la répartition des investissements, selon les informations fournies par le coordonnateur national. Moussa Sow a, en effet, révélé que la région bénéficiera d’un financement de plus de 133 milliards de francs Cfa, le second financement le plus important après celui de Kédougou. Ces ressources permettront la réalisation d’infrastructures de base et l’acquisition d’équipements au profit des 39 communes frontalières de la région dans plusieurs domaines dont la santé pour la construction d’un hôpital à Saint-Louis et de centres de santé et l’acquisition d’ambulances et autres matériels roulants.
Dans le domaine de l’éducation, 6,605 milliards seront consacrés à la construction d’écoles élémentaires, de Cem et lycées, la réhabilitation d’écoles, l’équipement et la résorption des abris provisoires. D’autres infrastructures sont aussi prévues dans les secteurs de l’hydraulique et l’assainissement avec un investissement de 288 millions de francs Cfa pour la réalisation de forages et mini forages, la construction de stations de potabilisation d’eau et de 10 édicules pour les grandes localités religieuses.
Le secteur de la jeunesse bénéficiera également d’un important investissement pour la construction de plusieurs espaces jeunes et l’aménagement, entre autres, de terrains de sport, d’espaces de loisirs et de berges fluviales. L’économie ne sera pas en reste, selon la coordination du Puma qui a annoncé la construction de cinq fermes aquacoles, des vergers et l’aménagement de zones agricoles viabilisées d’une superficie de plus de 20 mille hectares dans l’Ile à Morphil, mais aussi la construction de marchés frontaliers et d’unités de transformation, alors que 2 milliards seront consacrés à l’achat de matériels agricoles.
Par ailleurs, des efforts seront faits pour la couverture numériques des zones concernées et la connexion des écoles, a fait savoir l’équipe du Puma qui a aussi annoncé d’importants investissements pour la construction de postes de gendarmerie, l’équipement des forces de sécurité et la construction de 7 postes frontaliers dont quatre ont été déjà réalisés par le ministère de l’Intérieur.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here