PARTAGER

La capitale du rail a abrité, hier, l’édition 2017 de la célébration de la Journée mondiale du théâtre. Une occasion pour le ministre de la Culture et de la communication, Mbagnick Ndiaye, qui a présidé la rencontre, d’annoncer que l’Etat du Sénégal va mettre en place un fonds d’appui à la création, à la production et à la diffusion dramaturgiques pour moderniser et développer le théâtre sénégalais.

Après le Fonds de développement des cultures urbaines d’un montant de 300 millions de Francs Cfa, le théâtre va bientôt bénéficier d’un fonds d’appui à la création, à la production et à la diffusion dramaturgiques. L’an­nonce a été faite, hier, par le mi­nistre de la Culture et de la communication Mbagnick Ndiaye. C’était à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du théâtre ouverte, cette année, dans la cité du Rail. «Nous sommes en voie de finaliser le plan d’action de la filière de la danse après la mise en place effective d’un fonds pour la culture urbaine. Il s’agit maintenant de préparer et de soumettre un plan d’action du théâtre, intégrant les termes de référence d’un fonds d’appui à la création, à la production et à la diffusion dramaturgiques. Les professionnels des différents métiers de la discipline seront bientôt réunis en comité pour mettre sur les rails la modernisation et le développement durable du théâtre sénégalais», a affirmé le ministre de la Culture.
A l’en croire, «le chef de l’Etat, veut donner plus de visibilité et d’opportunités à la créativité et à l’innovation de la communauté artistique et littéraire nationale». Et c’est pour cela qu’il a «décrété 2017 année de la culture». «Le premier Protecteur des arts et des lettres, le chef de l’Etat, souhaite renforcer les cadres d’échanges, d’expression, de formation et de revalorisation du patrimoine et de la diversité culturelle. Et pour lui, la mise en œuvre et la réussite d’une telle vision passent, nécessairement par l’engagement des créateurs et artistes et par l’unité d’action des acteurs culturels», a mentionné M. Ndiaye. Saluant «le génie et le talent» des comédiens thiessois qui sont devenus aujourd’hui «une référence et une école», à travers «la popularité» de leurs pièces de théâtre «dont la diffusion par nos chaines de télévision laisse désertes les rues des grandes agglomérations urbaines et même les places des villages», le ministre de la Culture dit reconnaitre «que toute cette réussite n’a pas favorisé, comme cela aurait dû être le cas, la création de salles de spectacles en quantité et en qualité, au diapason de l’aura que tous les acteurs du quatrième art ont su insuffler à cette discipline».

Donner de la visibilité aux productions nationales
Toutefois, selon Mbagnick Ndiaye des dispositions «seront d’ores et déjà prises, afin de mettre à contribution la Com­pagnie du Théâtre national Da­niel Sorano et le Grand Théâtre national pour la programmation à Dakar des meilleurs spectacles des créateurs de l’intérieur et donner ainsi une promotion nationale et internationale à leurs œuvres». M. Ndiaye ajoute également qu’«un projet de relance du théâtre scolaire en collaboration avec le ministère de l’Education nationale est en cours. Des activités sont menées en 2016 avec les inspections académiques de Kaolack et de Kédougou». Des initiatives qui le réjouissent d’autant que «la décentralisation de l’action culturelle devrait constituer le fil conducteur de la promotion et de l’émergence de nouveaux pôles culturels et artistiques autour desquels se développeront des activités créatives plus innovantes capables de soutenir la politique culturelle de notre pays».
Outre cette occasion saisie par le ministère de la Culture pour rendre un hommage et distinguer des acteurs de Thiès mais aussi des personnalités et pionniers qui ont marqué le théâtre sénégalais, le ministre de la Culture et de la communication, a annoncé que le prochain Festival des arts et de la culture se tiendra dans la capitale du Ndiambour, Louga.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here