PARTAGER

Alioune Badara Khanta est dépité du comportement des représentants du Peuple à l’Assemblée nationale. Et le réseau social Facebook est devenu au quotidien son mur de lamentation, mais aussi un espace de sensibilisation des citoyens, en particulier les populations du département de Bakel sur les enjeux des joutes du 30 juillet prochain. «Nous avons discuté avec nos parents, sous une forte pluie, du rôle et de la responsabilité du député. Histoire de les préparer à faire un choix utile. Le député doit être un sauveur et non un prédateur», a-t-il posté récemment sur sa page. Pour ce jeune juriste de formation, l’Assemblée nationale perd de plus en plus sa vocation. «L’Hémicycle est l’autel des règlements de comptes personnels et politiques, un lieu d’enrichissement de groupes d’individus, un business pour les hommes d’affaires du régime, un lieu de recasement du personnel politique, une aubaine pour la majorité présidentielle qui ne fait que voter les projets de lois de façon mécanique», regrette-t-il.
Tout de même, ce dépité a fait des propositions pour redorer le blason de l’institution. Alors pour être élu député, dit-il, le candidat doit avoir au minimum le Bac. «Un député et un traducteur qui ne savent ni lire ni écrire, comment peuvent-ils connaître la portée scientifique d’une loi en commission ? Quel peut être leur apport en commission ?», s’interroge M. Khanta.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here