PARTAGER

Moqué et critiqué pour sa dernière saison sous les couleurs de l’Olympique de Mar­seil­le, Benjamin Mendy retrouve son meilleur niveau cette saison avec l’As Monaco. Il dévoile les raisons de ce retour en grâce.

Il a déjà multiplié par quatre son total de passes décisives par rapport à l’exercice précédent. Là où il n’avait adressé qu’une seule et unique offrande avec l’Olym­pique de Marseille en Ligue 1 la saison dernière, Benjamin Mendy en est déjà à quatre dans le championnat de France sous les couleurs de l’As Monaco. Si certains souriaient en voyant l’écurie de la Principauté mettre 13 M d’euros sur la table pour l’arracher aux Phocéens, mal leur en a pris.
Celui que beaucoup aiment railler a retrouvé tout son talent qui avait fait de lui un authentique espoir du temps où il officiait au Havre et où la Juventus Turin lui faisait les yeux doux lorsque nous vous le présentions dès octobre 2012. Bien dans sa tête et dans ses jambes, le latéral gauche de 22 ans est à son avantage au Stade Louis II et prend confiance au fil des rencontres, comme le prouvent ses deux passes décisives adressées le week-end dernier lors de la démonstration réalisée face à Nice (3-0).
Dans le Top 5 des meilleurs passeurs de la L1, il talonne Marçal (6 offrandes) et Baal (4 passes) au classement des latéraux les plus décisifs. Apparu à 15 reprises en championnat, systématiquement dans la peau d’un titulaire, le numéro 23 monégasque s’éclate comme il l’affirme ce jour en conférence de presse, relayé par le site de l’Asm : «Je me sens bien. Je préfère enchaîner que de couper, on a un groupe élargi avec de la concurrence, c’est une bonne chose. Cette saison, j’ai bien progressé tactiquement, mais il me reste beaucoup à apprendre. Je suis jeune, je n’ai que 22 ans. Nous faisons beaucoup de vidéo pour travailler mon placement défensif.»
Mendy le reconnaît, c’est encore d’un point de vue tactique qu’il doit avant tout progresser, son placement défensif lui ayant joué des tours par le passé. Mais nettement plus concentré sous les ordres du pointilleux Leonardo Jardim, le natif de Longjumeau a appris de ses erreurs : «Je me sens très bien dans ma tête, dans mes jambes. Tous les jours, je travaille sur mes défauts. Il y a certains passages dans ma carrière où j’ai manqué de maturité, mais je travaille tous les jours pour progresser dans ce domaine. Ma réaction face à Lyon ? Ça n’arrivera plus». A 22 ans, il a peut-être atteint l’âge de la maturité.
Footmercato

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here