PARTAGER

L’Equipe nationale de football du Sénégal a finalement été éliminée dès la phase de poules du Mondial russe avec une victoire, un nul et une défaite. Trois matchs au cours desquels certains Lions n’ont pas répondu aux attentes, alors que d’autres ont simplement été crédités d’un bon tournoi. A noter que sur les 23 joueurs sélectionnés, seuls quatre n’ont pas disputé une seule minute. Il s’agit des deux gardiens de but, Abdoulaye Diallo et Alfred Gomis, de Moussa Sow, Kara Mbodji et du dernier arrivé Adama Mbengue.

LES TOPS
Kalidou Koulibaly, défenseur central
C’est l’une des grosses satisfactions de l’équipe. Patron de la défense, Kalidou Koulibaly a fait honneur à son statut de l’un des meilleurs défenseurs actuels en Europe. Présent sur tous les duels, il a, à chaque fois, défendu juste devant de grands attaquants comme Lewandowski ou encore Falcao. Devrait cependant soigner un peu plus ses relances.

Salif Sané, défenseur central
A l’image de son compère dans l’axe, Salif Sané a répondu à toutes les attentes. Suppléant à ce poste de Kara Mbodji, de retour de blessure, il a fini par lui chiper sa place. Elégant dans ses marquages, il n’a pas été inquiété par les attaquants adverses durant la compétition. Une présence dans l’axe qui rappelle son grand frère, Lamine Sané, ancien capitaine de l’équipe.

Yousouf Sabaly, latéral gauche
Le Sénégal du foot lui doit beaucoup de respect. Parmi les derniers à rejoindre la sélection, Youssouf Sabaly fait partie de ces binationaux qui font honneur à l’Equipe nationale du Sénégal. Le défenseur bordelais, qui a muselé le terrible Cuadrado avant de sortir sur blessure, peut être satisfait de sa première Coupe du monde.

Moussa Wagué, latéral droit
C’est tout simplement l’avenir de cette Equipe nationale. Plein d’audace, le jeune Moussa Wagué qui fait partie des plus jeunes joueurs de cette Coupe du monde à avoir inscrit un but a su saisir parfaitement sa chance lors du premier match des Lions contre la Pologne. En plus d’une copie propre, celui qui a pris la place de Lamine Gassama s’est en effet offert un superbe but contre le Japon. Comme pour couronner le début d’une belle carrière qu’il poursuit actuellement en Belgique.

Gana Guèye, milieu récupérateur
Il est resté le même dans l’entrejeu de l’Equipe nationale. Grappillant le moindre ballon, il est souvent au pressing et participe activement à l’organisation du jeu de l’équipe. Idrissa Gana Guèye a tant bien que mal su contenir certaines actions offensives adverses. Son but contre la Pologne couronne une belle campagne, malheureusement qui prend fin dès le premier tour.

Cheikhou Kouyaté, milieu récupérateur
Laissé sur le banc lors du premier match contre la Pologne et entré en cours de jeu face au Japon, Cheikhou Kouyaté a été titularisé contre la Colombie. En bon capitaine, il a respecté les choix du coach et a attendu son heure pour répondre présent comme face aux Cafeteros. Il a été excellent lors de ce match où il a retrouvé son brassard qui était allé faire un tour chez Sadio Mané. Une manière de rappeler à tout le monde qu’il reste le capitaine de cette équipe.

Diao Baldé Keïta, attaquant
Absent lors des deux premiers matchs des Lions, Diao Baldé Keïta a finalement été titularisé contre la Colombie. Visiblement épuisé physiquement par les efforts défensifs en seconde période, il a été d’un véritable apport sur le flanc gauche en duo avec Sabaly. Par contre, sur les coups de pied arrêtés, il a eu du mal à ajuster ses centres. Bonne prestation du Monégasque pour sa première Coupe du monde.

Alfred Ndiaye, milieu récupérateur
Un goût d’inachevé. Impérial contre la Pologne et le Japon, Alfred Ndiaye a finalement disparu de la circulation. Un choix du coach, Aliou Cissé, qui aurait peut-être voulu que l’équipe soit plus présente sur les balles arrêtées lors du match contre la Colombie. La concurrence avec Kouyaté l’a sûrement relégué sur le banc. Mais «Fred», par sa détermination et son engagement, est devenu le nouvel aboyeur de Aliou Cissé.

LES FLOPS
Sadio Mané, attaquant
Il fait partie des grosses déceptions de cette Coupe du monde. Après une saison remarquable avec Liverpool, buteur et finaliste de la Ligue des champions, Sadio Mané avait tout pour être parmi les meilleurs joueurs de ce Mondial russe. Capitaine de l’équipe lors des deux premiers matchs, l’attaquant des Reds a eu du mal à s’imposer. Sûrement tenaillé par le poids des responsabilités. Une grosse désolation pour les Sénégalais, mais également pour les Africains, sans oublier les Russes qui attendaient beaucoup de lui. A sa décharge, notons son but contre le Japon et le penalty refusé face à la Colombie.

Khadim Ndiaye, gardien
Titularisé au profit de Abdoulaye Diallo, Khadim Ndiaye n’a pas été à la hauteur des attentes. Auteur de la boulette sur le deuxième but du Japon (2-2), le gardien du Horoya a encore du chemin à faire pour atteindre le haut niveau. Trop approximatif sur les relances, il manque souvent de concentration dans ses cages. Des détails qui ne pardonnent pas dans le haut niveau. A ce rythme, Khadim Ndiaye, parmi les anciens de la Tanière, de se voir doubler à l’avenir par le jeune espoir du championnat de la Serie A italienne, Alfred Gomis.

Ismaïla Sarr, attaquant
Il aurait pu être l’une des révélations de ce Mondial russe. Avec sa vitesse et ses percussions, il aurait pu s’offrir à chaque match plusieurs occasions de but. Malheureusement, il n’a pas voulu grandir. Plus orienté contre les arbitres que dans le jeu, il est devenu le spécialiste des plongeons dans la surface. Ce qui a fini par frustrer nombre d’hommes en noir. A lui de grandir afin d’espérer demain prendre les rênes de cette sélection.

Mame Biram Diouf, attaquant
Il est resté le même. Il a offert le même ratio que celui d’il y a deux ans. Mame Biram Diouf n’a pas changé. Disponible, généreux dans l’effort, mais malheureusement ne marque toujours pas de but. Ce qui ne pardonne pas pour un attaquant. A ce rythme, c’est son avenir en sélection qui est désormais en jeu.

Diafra Sakho, attaquant
Il n’a pas eu de temps de jeu nécessaire durant cette Coupe du monde. Une dizaine de minutes contre la Colombie pour aller chercher l’égalisation, Diafra Sakho n’a rien pu faire. Inconstant avec la sélection, à l’image des attaquants, il n’aura pas apprécié son statut de remplaçant. Fâché, celui qui a été déterminant lors des éliminatoires risque encore de sélectionner de la sélection.

Pape Alioune Ndiaye, milieu récupérateur
Il reste un bon joueur, agressif, technique. Malheureusement, Pape Alioune Ndiaye veut tout faire et être partout. Au point de déstabiliser l’enjeu de l’équipe. Titularisé à la surprise générale contre le Japon, il a eu du mal à trouver ses repères.

Moussa Konaté, attaquant
Considéré comme un «fidèle» du sélectionneur, Moussa Konaté n’a rien apporté à cette équipe durant ce Mondial dans son rôle de remplaçant. Pourtant, Aliou Cissé l’a sollicité à deux reprises pour décanter la situation. Une question simplement de niveau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here