PARTAGER

Le directeur de la Nba Afrique, vice-président de la Nba et Fondateur de Seed Academy, Amadou Gallo Fall, dresse un bilan négatif sur la participation de l’Equipe nationale masculine au Mondial 2019 où elle a terminé à la 30e place sur 32. Une contre-performance qui le pousse a demandé plus de professionnalisme dans la gestion de l’Equipe nationale. «Que ce soit une Equipe nationale ou toute forme de compétition, cela doit être géré par des professionnels, des gens qui ont de la vision. Les matchs sont souvent perdus avant ou le jour du match. Il y a beaucoup à dire», note M. Fall, en marge de la visite du directeur de l’Agence française de développement (Afd), Rémy Rioux, à l’Institut Diambars de Saly, mardi dernier. Analysant les résultats de l’Equipe nationale depuis le Mondial en Espagne, M. Fall estime qu’il est temps que la donne change. «Le Mondial de 2014 avait donné beaucoup de raisons de nourrir des ambitions pour le futur. Nous étions passés au second tour et avec des performances de niveau mondial. Là, je constate qu’on a fait un grand pas en arrière», se désole Gallo Fall. A ce niveau, souligne-t-il, «il y a une réflexion de fond qu’il faut faire. Les ambitions que nous devons avoir en tant que Nation de basket et tirer les leçons».
Déplorant certaines conditions dans lesquelles les joueurs ont été mis durant la préparation, le Fondateur de Seed Academy estime qu’«il faut dire les choses telles qu’elles sont. Ces jeunes qui ont gueulé avaient toutes les raisons du monde de le faire. Ce sont des professionnels, les mettre dans certaines conditions de préparation, c’est les envoyer au pilori. Ce sont des gosses que je connais. Qu’il s’agit de Maurice (Ndour), Hamady (Ndiaye), ce sont des garçons bien éduqués qui ont la fibre patriotique. Cela fait des années qu’ils viennent mouiller le maillot national». Et Amadou Gallo Fall d’ajouter : «Alors quand on se met à parler de problèmes de primes, de conditions de préparation d’année en année, cela veut dire qu’il y a un problème fondamental qu’on n’arrive pas à régler.»
Interpellé sur la Basketball Africa League (Bal) dont le démarrage est prévu en janvier 2020, M. Fall qui en est le président, informe que les choses avancent. «La Fiba qui est notre partenaire devrait communiquer bientôt. Il y a les éliminatoires qui vont être organisées. Il y a beaucoup d’équipes intéressées et qui se sont inscrites. On aura au final, une Ligue composée de 12 équipes. Les six pays ont été déjà désignés», a-t-il rappelé. Quant au site devant abriter la première journée, il rassure et précise que «les choses avancent bien. On va communiquer un calendrier bientôt».
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here