PARTAGER

Le sélectionneur des Lions du beach soccer, Ngalla Sylla, estime «difficile» le groupe A dans lequel est logé son équipe après le tirage au sort en vue du prochain Mondial, prévu aux îles Bahamas. Hormis le pays organisateur, les coéquipiers de Al Seyni Ndiaye vont en découdre avec l’Equateur et la Suisse.

Les joueurs sénégalais ne sont bons que lorsqu’ils font face à un énorme défi. C’est ce qu’à compris l’entraîneur de l’Equipe nationale de beach soccer, Ngalla Sylla, pour prévenir ses troupes de ne surtout pas dormir sur leurs lauriers en croyant être tombés dans un groupe facile au prochain Mondial. Un groupe A où les Lions vont jouer contre le pays organisateur, les îles Bahamas, l’Equateur et la Suisse.
«Nous irons au Mondial avec un statut d’outsider.» Ces mots sont du sélectionneur Ngalla Sylla au sujet des chances des Lions de franchir le premier tour. Et pour espérer franchir ce cap, le technicien attend de ses joueurs qu’ils se surpassent pour donner le meilleur d’eux-mêmes du fait de l’énormité de la tâche qui les attend. «Nous évoluons dans un groupe difficile», prévient le technicien qui avertit : «Toutes les rencontres que nous allons jouer ne seront pas une partie de plaisir.»
Citant les îles Bahamas, Ngalla Sylla pense que «c’est une équipe qui sera très difficile à manœuvrer à domicile du fait de son statut de pays organisateur même s’il n’occulte pas la performance que les Lions de la plage avaient réussie en venant à bout du pays hôte de la dernière édition de la Coupe du monde. A savoir le  Portugal, sacré plus tard champion du monde. Avec au bout une élimination des Sénégalais au premier tour.
Même si  le Sénégal n’a jamais croisé l’Equateur, les champions d’Afrique en titre s’attendent «à une forte opposition de la part de cette équipe qui a éliminé  l’Argentine sur  la route de la qualification à cette Coupe du monde».
Quant à l’équipe de la Suisse, il reconnait une grande différence entre l’équipe helvète que le Sénégal avait battue lors de la Coupe du monde en 2011 en Italie et celle qu’ils vont croiser prochainement. Disposant du meilleur technicien sur son banc, la formation suisse, selon Ngalla, «travaille depuis quelque temps pour se retrouver sur le toit du monde».
En dépit de la valeur des adversaires, le sélectionneur de promettre que  les Lions joueront crânement leurs chances pour atteindre l’objectif fixé qui est de se retrouver dans le dernier carré mondial. Et pour y arriver, le coach des Lions estime que «l’aspect mental» sera déterminant.

Exclu du groupe : Koukpaki pourrait être réintégré 

Le voyage au Maroc, où les Lions vont y jouer deux matchs amicaux (8 et 10 mars), se fera sans Pape Jean Koukpaki exclu de la sélection. Mais l’entraîneur Ngalla Sylla n’exclut pas une réintégration dans le groupe du «banni». Il estime cependant qu’il faudra au préalable avoir l’aval du Directeur technique national (Dtn), Mayacine Mar.
«J‘attends que Mayacine Mar rentre de la Zambie (Il est parti à la Can U20 avec les Lionceaux). Le dernier mot lui revient», a fait savoir le technicien. N’ayant plus ses jambes de 20 ans, Koukpaki pourrait cependant faire bénéficier son expérience au groupe, souligne Ngalla Sylla.

ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here