PARTAGER

Les Lionceaux du Sénégal ont été éliminés en quarts de finale du Mondial U20 par la Corée du Sud, ce samedi. Après un match à rebondissements, les Coréens se sont qualifiés aux tirs au but (3-3 a.p., 3-2 tab).
Tout avait pourtant bien démarré pour les Sénégalais, qui avaient ouvert la marque par leur milieu Ousseynou Cavin Diagne (37ème). Après une première égalisation des Sud-Coréens sur penalty par Lee Kangin (62ème), les hommes de Youssouph Dabo avaient repris l’avantage, sur penalty également, par le prodige du Fc Metz, Ibrahima Niane (76ème). Les Asiatiques avaient ensuite recollé sur le fil par Lee Ji-Sol (90ème+8) avant de passer devant dès les premières minutes de la prolongation grâce à Cho Young-Wook (96ème). Il a fallu attendre les ultimes secondes de la prolongation pour voir le jeune Amadou Ciss (19 ans) égaliser sur une passe en retrait de Lamine Danfa (120ème+1). Aux tirs au but, les Sud-Coréens manquaient leurs deux premières tentatives mais les Sénégalais faisaient encore pire, Moustapha Mbow, Amadou Dia Ndiaye et Cavin Diagne ratant les leurs.
Analysant le match après l’élimination des Lionceaux, Youssouph Dabo étale ses regrets. «Quand l’adversaire égalise à presque quelques secondes de la fin, forcément on a des regrets. Mais le football, c’est l’école de la vie. Il faut apprendre et continuer à avancer. On savait que c’est une équipe difficile à jouer. J’avais dit aux garçons que ça sera le match le plus difficile. J’ai suivi cette équipe en vidéo. S’ils sont arrivés jusqu’ici, ce n’est pas par chance. C’est du mérite. Pour la Var, je ne vais pas commenter certaines choses. Mais je pense qu’il faut rester positif parce que sur le premier penalty qu’on a obtenu, nous avons loupé notre première tentative et c’est grâce à la Var si on a eu une nouvelle chance de le transformer. Maintenant, ça nous a avantagés comme ça nous a désavantagés. Il faut en vouloir à nous-mêmes. Sur l’égalisation du deuxième but, on n’a manqué de concentration. Il fallait surtout rester vigilant jusqu’au bout. Mais avec le manque d’expérience de mes poulains, ils ont cru que c’était fini, c’était déjà plié. Ça a été un relâchement qui nous a été fatal… Il faut prendre le temps de réfléchir dans le jeu. Mais ce se sont de jeunes joueurs, ils misent trop sur la vitesse, ce qui fait que parfois il y a trop de précipitation», a déploré le coach des U20.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here