PARTAGER

«La disparition du khalife général des Mourides, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké, est une grosse perte pour le Sénégal.» Ces propos sont de monseigneur André Guèye, évêque du diocèse de Thiès. Le président de la Commission du dialogue inter-religieux de la conférence des évêques du Sénégal qui, dans le cadre d’une visite de courtoisie, s’est rendu à deux reprises à Keur Nganda, lieu de retraite du défunt khalife, dit avoir remarqué à travers la personne de Serigne Sidy Mokhtar Mbacké «la profondeur spirituelle, la générosité, le renoncement à soi-même». Monseigneur André Guèye, qui a salué la mémoire d’un «modèle à suivre», souligne avoir rencontré et découvert «un homme ouvert, disponible, qui nous recevait volontiers, avec spontanéité et une grande générosité, une expression achevée de l’hospitalité que l’on reconnaît aux Mourides». Ce qu’il dit l’avoir le plus touché dans la vie de l’homme de Dieu, «c’était à chaque fois que je le rencontrais, sa grande profondeur spirituelle, un recueillement perpétuel même, son silence et sa grande sérénité malgré l’affluence de grandes foules de talibés qui l’entouraient et qui venaient recueillir ses bénédictions». Selon l’évêque, «le défunt Kha­life n’était jamais perturbé, il vivait une relation profonde avec Dieu». Et de constater : «La première fois quand je suis arrivé, ce qui m’a surtout frappé, c’est la pauvreté et le dépouillement de l’homme, et de son lieu de retraite, Keur Nganda, où j’ai été par deux fois. Un environnement loin du luxe, loin des tapages, loin même des réalités purement mondaines.» Pour dire qu’«il a compris que l’humilité, le dépouillement, le renoncement à soi-même sont la voie royale pour arriver à un degré élevé de la communion avec Dieu». Le président de la Commission du dialogue inter-religieux de la conférence des évêques du Sénégal dit avoir «retenu tout cela de cet homme de Dieu d’une dimension exceptionnelle, pas seulement pour la communauté mouride, mais pour tout croyant qui cherche Dieu, et c’est un modèle à suivre, surtout dans la façon de vivre ce qu’il croyait». Il remarque qu’«on ne repartait jamais comme on est venu après l’avoir rencontré. Il laisse toujours un souvenir longtemps imprimé dans la mémoire». Ainsi, l’homme d’église trouve que la disparition de Serigne Sidy Mokhtar Mbacké est «une grande perte pour la communauté, le Séné­gal, tous les musulmans et même le monde entier». C’est pourquoi, poursuit le religieux, «en priant pour lui, pour le repos de son âme, je prie pour qu’il intercède pour notre pays et que par nos nombreux messages de témoignage sa famille spirituelle trouve réconfort et consolation».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here