PARTAGER

Oui, cette lettre adressée à votre Excellence, je vous la dois.
Chaque jour vous posez des actes qui honorent la Républi­que, le Sénégal, donc qui ne peuvent pas me laisser indifférent.
Ce week-end vous nous avez ouvert votre porte, vous avez écouté maires de Matam et 300 militants engagés à vos côtés.
Dans ma prise de parole, émotion et temps court m’ont empêché d’approfondir ma pensée. Toutefois, Monsieur le président de la République, vu ce qui suit, vous comprendrez ma volonté avec mes collègues de vous réélire au premier tour en février prochain.
De quoi s’agit-il exactement ?
1. Saluer la dynamique commune conduite vaillamment par l’honorable député maire Farba Ngom. Il coordonne, mobilise et renforce les équipes de terrain politique.
2. Vous rappeler Excellence, nos préoccupations de maire. Elus dans des communes où tout est urgence, nous saluons fortement vos projets engagés tout en sollicitant encore plus. Par ailleurs, pour nos conditions, en votre qualité d’ancien maire, j’ose espérer compter sur votre diligence, parce qu’il faut le reconnaitre Monsieur le Président de la République, nous maires sommes mal lotis.
Nos besoins et nos défis dépassent aujourd’hui nos moyens disponibles. Avec votre clairvoyance nous souhaitons plus de moyens pour plus de résultats.
3. Je voudrais aussi vous rappeler un projet phare que vous avez lancé en 2009. Il s’agit de la Convergence Banlieue Diaspora. Pour moi cette plateforme doit être réactivée en vue de la Présidentielle 2019.
Elle va renforcer les actions dans la banlieue dakaroise et intervenir de manière efficace dans la diaspora. Car comme vous l’affirmez souvent, gagner le département de Matam, le Fouta dans sa globalité n’est pas un défi, c’est un acquis.
Dans la banlieue et dans la diaspora, nous avons des acteurs engagés et déterminés avec qui nous devons coopérer pour engranger le maximum de voix, en vue de vous offrir une victoire confortable au premier tour.
Déjà je tiens à saluer l’engagement de M. Le ministre Cheikh Kanté, M. Abdoulaye Thimbo et M. Aliou Sall, respectivement maires de Pikine et Guédiawaye. Et le dévouement de M. Mamadou Talla, ministre de la Formation professionnelle et non moins acteur de la diaspora est à magnifier.
Pour les opérations en banlieue, un important travail de terrain est déjà effectué. Peuvent renseigner vos collaborateurs, M. El Hadj Kassé et M. Ousmane Ba, qui ont eu l’amabilité de nous suivre à Daral Bali avec nos amis éleveurs, et d’autres démarches que nous ne pouvons pas lister sur papier.
C’est pour vous dire, Excel­lence, l’importance de relancer en urgence les activités de la convergence Banlieue Dias­pora.
Monsieur le président de la République, je ne vais pas abuser de votre temps. Il est précieux, car c’est celui de l’action.
J’avais voulu simplement compléter mon discours de 3 minutes tenu devant vous samedi dernier.
Je voudrais vous suggérer de bien vouloir accorder une audience à la convergence de la banlieue.
Donc, je souhaitais rattraper ces 3 points essentiels que je n’ai pas évoqués.
Excellence, votre réélection est notre affaire.
Mes camarades et moi, nous ne baisserons jamais les armes, eu égard à l’honneur et à la confiance dont vous faites montre chaque jour. Au demeurant, pour moi, «la victoire, c’est l’engagement, la responsabilité et l’union des forces».
Alors, Je suis encore à votre écoute.
Mes honneurs, Monsieur le président de la République.
Sidy DIA
Maire de la Commune de Thilogne
Département de Matam

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here