PARTAGER

Les réactions et hommages sont nombreux dans le monde au lendemain de la mort du sénateur américain John McCain, ancien pilote torturé pendant la guerre du Vietnam, candidat à la Maison Blanche et figure non-conformiste du Parti républicain. John McCain était une figure importante et appréciée de la politique américaine. Les drapeaux étaient en berne dans la capitale américaine ce dimanche.

Les cinq anciens Présidents américains encore en vie – Barack Obama, George W. et H. W. Bush, Bill Clinton et Jimmy Carter – ont rendu hommage à son courage et son tempérament. Le démocrate Barack Obama, à propos de ce Républicain qui s’était présenté contre lui à la Maison Blanche en 2008, a écrit dans un tweet : «Nous partagions, malgré nos différences, une fidélité à quelque chose de plus élevé : les idéaux pour lesquels des générations entières d’Américains et d’immigrés se sont battues et se sont sacrifiées.» L’ancien Président républicain George W. Bush salue un patriote de premier ordre : «Le sénateur McCain pensait que chaque citoyen avait la responsabilité d’utiliser les libertés offertes par la Constitution. De son service héroïque dans la Navy à ses 35 années au Congrès, il a vécu chaque jour selon ce principe.»
«Peu ont sacrifié autant, ou contribué autant au bien-être de ses compatriotes, et à celui des amoureux de la liberté dans le monde», écrit George H. W. Bush.
Autre commentaire de dirigeants américains, celui de Jimmy Carter : «Les Américains resteront à jamais reconnaissants de son héroïsme militaire et de son intégrité implacable en tant que sénateur des Etats-Unis.»
Connu pour son franc-parler, John McCain a eu plusieurs fois des échanges musclés avec Donald Trump  qui a réagi très sobrement : «Mes condoléances et mon respect le plus sincère pour la famille du sénateur John McCain. Nos cœurs et nos prières sont avec vous.»
Comme pour John F. Kennedy, Ronald Reagan ou Rosa Parks, son cercueil sera exposé dans la rotonde du Capitole à Washing­ton, un honneur réservé à ceux qui ont marqué l’histoire des Etats-Unis. Il sera auparavant exposé à Phoenix, dans l’Arizona, où il a été sénateur pendant plus de 30 ans.
De nombreux dirigeants étrangers ont également rendu hommage au héros américain. John McCain était l’un des rares élus du Congrès célèbres hors des frontières des Etats-Unis, et un visiteur régulier de capitales étrangères dans le cadre de délégations parlementaires. On l’a vu beaucoup à Bagdad, au Moyen-Orient ou encore à Kiev, où il avait soutenu la «Révolution orange». Il était un pourfendeur virulent de Vladimir Poutine.
Emmanuel Macron, le Président français, a réagi dans un tweet en anglais : « John McCain était un véritable héros américain. Il s’est dévoué à son pays. Sa voix manquera.» Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a rappelé que McCain s’était rendu au Mali dès les premières semaines de l’opération militaire Serval en 2013 pour rencontrer les forces françaises.
La chancelière allemande, Angela Merkel, lui a rendu hommage, estimant que «le sénateur McCain était l’une des plus grandes figures politiques de notre époque et le défenseur infatigable d’une alliance transatlantique forte». La Première ministre britannique, Theresa May, salue «un grand homme d’Etat qui incarnait l’idée de service altruiste. C’était un honneur de le considérer comme un ami du Royaume-Uni».
Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, écrit : «Son soutien d’Israël n’a jamais faibli. Il était ancré par sa foi en la démocratie et la liberté.» Les obsèques devraient avoir lieu à la cathédrale nationale de Washington. Les anciens Prési­dents Barack Obama et George W. Bush, un Démocrate et un Républicain, devraient prononcer des éloges funèbres à la demande de John McCain, selon le Times. Toujours à la demande de l’ancien sénateur, Donald Trump ne devrait en revanche pas être présent. Il sera inhumé à Annapolis, dans le Maryland.
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here