PARTAGER

L’autopsie du corps de Amar Mbaye va livrer ses secrets aujourd’hui avant 11h. En attendant la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta a démarré une vaste campagne d’information à l’endroit des autorités pour faire cesser la traque dont ses membres sont victimes. Cette affaire dite «El Capo» tient en haleine toute l’opinion thiessoise.

Les enquêteurs ayant en charge l’affaire «El Capo» auront les résultats des analyses consécutives à l’autopsie du corps du jeune boulanger-conducteur de moto Jakarta, mort dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 août à Thiès, avant 11h. L’examen post-mortem de Amar Mbaye, âgé de 37 ans, sera démarré aujourd’hui à l’hôpital Aristide Le Dantec à Dakar. Et le corps sera livré à ses proches avant 11h, informe une source proche de la famille. Laquelle précise toutefois que «les résultats devaient être connus hier dans la mi-journée mais un agent en charge de la gestion de la morgue du centre hospitalier universitaire a fait un malaise avant de rendre l’âme. C’est qui a retardé l’examen du corps du jeune Amar Mbaye». Parce que, poursuit la même source, «il y avait trois corps à autopsier hier. Les agents ont effectué les deux. Mais quand ils ont été informés du décès de leur collègue, ils nous ont donné rendez-vous demain à 11h pour récupérer le corps pour l’enterrement».
Mais cette information de la famille sur le retard noté dans l’autopsie du corps de Amar Mbaye est démentie par une source proche de l’enquête. Celle-ci affirme que la raison du retard, «c’est l’absence de la police scientifique qui doit obligatoirement assister à l’autopsie pour les besoins de l’enquête». Aussi poursuit-elle, «l’autre raison c’est que le corps du jeune boulanger-conducteur de moto Jakarta est arrivé tardivement au centre hospitalier universitaire Aristide Le Dantec». Du coup, «il a trouvé sur place d’autres corps pour des autopsies déjà engagées sur certains». Et la source précise également que le décès de Abdoulaye Sow du département Anatomo-pathologie de la Faculté de médecine de l’Ucad n’a pas retardé l’autopsie. «L’agent de santé ne travaille pas au service anatomo-pathologie de l’hôpital mais à l’Ucad. Il est décédé chez lui», précise-t-elle.
Pour l’heure, la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta, qui attend les résultats de cette autopsie, promet de ne pas lâcher l’affaire. Déjà elle dit avoir informé le ministre de l’intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, et prévoit de saisir le Directeur général de la police nationale (Dgpn), Ousmane Sy. «Le patron de la police est un Thiessois et il est très ouvert. Nous allons le saisir parce qu’il faut que la traque des conducteurs de motos cesse. Nous sommes des citoyens comme tous les autres et nous avons choisi les motos parce que le pays n’a pas de job.» Elle fustige «les agissements répétitifs de «El Capo» et de ses collègues qui vivent sur le dos des Jakartamen». Et de rester catégorique : «Si la police pense que «El Capo» n’a rien à se reprocher à propos du meurtre de Amar Mbaye, elle n’a que le libérer et lui laisser vaquer à ses occupations librement dans les rues de Thiès. C’est parce qu’elle sait qu’il a quelque chose à se reprocher qu’il est caché dans un endroit tenu secret. Parce que s’il sort il aura des problèmes. De même son véhicule que tout le monde connait dans cette ville parce qu’immatriculé «El Capo».» Dans la même lancée, la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta signale que «si la police n’avait rien à se reprocher elle n’allait pas laisser le corps de Amar Mbaye pendant 3 tours d’horloge dans la rue, sans constat, sans rien alors qu’elle a l’habitude dans ces cas d’incidents de moto, de venir faire tous les constats d’usage». Elle dénonce : «L’intimidation dont nous sommes victimes depuis l’éclatement de cette affaire. La police a convoqué notre président Samba Coumba Samb pour lui demander d’apporter les preuves des déclarations qu’il est en train de faire. Mais au même moment où M. Samb était dans les locaux du poste de police, plus de 400 motos ont été mobilisées pour rallier le commissariat central.» En définitive, la fédération qui regroupe les conducteurs de motos Jakarta demande qu’«une enquête indépendante soit diligentée sinon nous ne lâcherons pas l’affaire».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here