PARTAGER

«La rue de Niomré, c’est pire. Parce que c’est un village qui a été rasé par Faidherbe. La bataille de Niomré a été considérée comme une victoire pour le colon. Pour la célébrer, ils ont baptisé une petite rue qui est vers le siège de l’Union européenne (Ue). Sandiniéry, Niomré, tout ça c’est la colonisation. Sur cette question, j’ai deux réponses. A ma connaissance, je n’ai pas un projet qui porte changement de dénomination de rues à la ville de Dakar. Pour le moment, je n’ai pas cette information. Mais le débat est très en cours à la ville de Dakar entre le personnel. Il y a différentes personnes qui discutent de ça, mais il n’y a pas véritablement une décision qui est prise par l’autorité pour procéder à la dénomination des rues. C’est ce que je sais de la ville de Dakar.
Maintenant en ce qui me concerne, la réponse que je peux avoir, je considère peut-être que la colonisation est un fait historique qui fait partie de la trajectoire de notre Peuple et que nous ne pouvons pas gommer de notre histoire la colonisation. Parce que nous devons l’enseigner à nos enfants avec tout ce qui s’est passé pendant la colonisation pour qu’ils comprennent d’où ils viennent. Je ne serai pas dans le débat qu’est-ce qui a été bon, qu’est-ce qui a été positif dans la colonisation, mais je considère la colonisation comme un fait historique. Maintenant si nous dépassons la colonisation, nous devons construire une nouvelle Nation sénégalaise. Et en nous projetant vers le futur, il y a des choses de la colonisation que nous devons mettre dans nos musées. Je crois que la statue de Faidherbe nous n’allons pas la jeter en mer comme on l’a fait en Angleterre, mais nous allons la prendre et l’installer dans un musée spécialement dédié au même titre que la Maison des esclaves de Gorée. Nous ne pouvons pas raser. Ça fait partie de notre histoire. C’est la même chose avec la statue de Faidherbe, la statue de Demba et Dupont. Tout ce qui a eu lieu pendant la colonisation je crois que la réflexion doit être engagée pour qu’au Sénégal on mette en place un musée de la colonisation. Je crois qu’on doit déboulonner effectivement la statue de Faidherbe à Saint-Louis et la loger dans un musée de la colonisation spécialement dédié. Et tous les Sénégalais, y compris les élèves, pourront visiter ce musée comme ils visitent le parc de Hann, le musée de l’Ifan, la Maison des esclaves de Gorée pour savoir que la colonisation est passée de telle période à telle période, voilà les signes. Et à la place de la statue de Faidherbe, qu’on mette quelque chose qui renvoie à la construction de la Nation sénégalaise expurgée des démons de la colonisation. Ça c’est ma position. Je ne sais pas comment on va rassembler les moyens. Il faudra mettre en place des commissions techniques, on va réfléchir là-dessus.
Je suis d’accord pour la dénomination des rues. Si j’étais maire de Dakar, j’allais débaptiser le boulevard général De Gaulle pour en faire un boulevard national. Ce boulevard doit être appelé boulevard de la Nation. Certains vous disent boulevard Thiaroye 44, boulevard Mamadou Dia etc. Je crois qu’on ne peut l’appeler ni boulevard Senghor ni boulevard Mamadou Dia, ni boulevard Thiaroye 44. Thiaroye 44, c’est un fait historique. Mamadou Dia, c’est quelqu’un qui a compté dans la construction de la Nation sénégalaise. Senghor, même chose. Mais tous ces gens partagent un nationalisme sénégalais. Et que cette avenue où défile l’Armée nationale pendant la fête de l’indépendance doit être appelée boulevard de la Nation. Main­tenant, il y a à Dakar des dénominations qui sont fantaisistes.
Par exemple, la plus grande avenue du Sénégal s’appelle avenue Bourguiba. Habib Bourguiba qui était un ami de Senghor, donc ce sont les amitiés personnelles de Senghor qui persistent ici. Moi j’aurais aimé que ce boulevard Bourguiba soit débaptisé et qu’on ait une simple place Bourguiba. Ce boulevard Bourguiba soit débaptisé, parce que la plus grande avenue de Dakar ne peut pas être dénommée Bourguiba. J’aurais proposé qu’il soit carrément appelé boulevard du Fédéralisme africain. Ça nous permet de nous projeter dans la construction de l’Afrique. Parce que les grands penseurs africains, de Cheikh Anta Diop à Kwame Nkrumah, y compris même Senghor, se sont fixé comme objectifs la réalisation de l’Unité africaine. J’aurais suggéré que l’avenue Bourguiba soit appelée boulevard du Fédé­ralisme africain pour que les générations futures aient en tête que nous avons des missions, des objectifs de construction de l’Unité africaine qui restent à parachever. Donc les autres la rue Carnot, la rue Félix Faure tout ça c’est des personnalités françaises. Nous devons voir parmi les gens qui ont compté dans ce pays et dans cette Afrique, Thomas Sankara, Cheikh Anta Diop. Il n’y a pas un boulevard Thomas Sankara à Dakar. Il y a une avenue Nelson Mandela, c’est extraordinaire. Donc on peut recenser toute une panoplie de personnalités africaines, y compris celles culturelles comme Sembene Ousmane, Ousmane Sow et des gens qui, du point de vue de leur travail, de leur œuvre, portaient très haut l’identité de l’Africain. Les personnalités qui doivent être les parrains des rues ne manquent pas. Ça c’est mes convictions. Le débat ne se pose pas encore au niveau de la mairie. Mais je travaille sur ces propositions. Je suis en train de finaliser un dossier sur ça.»

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis d’accord a une condition mon homo, qu’on enlevé tout et non une partie de la colonisation.
    Que tout soit rasé, et qu’on retourne aux royaumes.
    Soit on prend le beurre, ou l’argent du beurre.!
    Tu dis bien mettre les statuts dans un musée et les élèves font des visites comme au parc de hann? Il n’y a pas que l’esclavage et la colonisation dans l’histoire du peuple noir, il y a beaucoup plus important. Si nous le trouvons, nous saurons pourquoi toutes ces souffrances de ce dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here