PARTAGER

«Nous sommes déçus parce que c’était une bonne occasion pour la justice de réaffirmer fortement son indépendance et de refuser d’être instrumentalisée aux fins d’écarter un candidat à une élection présidentielle. Nous ne sommes pas surpris parce que tout ce qui s’est fait entre toujours dans la logique du pouvoir en place pour que Khalifa Sall ne puisse pas être candidat. Ce n’est pas la première fois, c’est déjà arrivé à Karim Wade. Aujourd’hui, ça arrive au candidat Khalifa Sall. Nous devons prendre conscience qu’il y a une bataille à mener au plan politique, mais il doit y avoir aussi une bataille judiciaire. Il va y avoir un appel, une cassation. Les avocats décideront de l’opportunité de cet appel-là.  Pour le moment, au-delà de cette bataille, je pense qu’il y a une autre pour renforcer l’indépendance de la justice. Cela ne vient pas de moi, mais des magistrats qui ont déclaré que la justice sénégalaise n’était pas indépendante. Ce qui nous interpelle aussi, c’est l’acte de démission qui a été posé par le juge Ibrahima  Hamidou Dème.»

justin@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here