PARTAGER
Moussa Touré, coordonnateur Samm li nu bokk.

Pour Moussa Touré, le récent déplacement de Macky Sall à Saint-Louis n’est rien d’autre qu’une «campagne déguisée». En conférence de presse hier, le leader du parti Cet/Jarin sama reew est largement revenu sur les Législatives auxquelles il va participer sous sa bannière.

La visite du président de la République à Saint-Louis, jeudi, est une campagne électorale déguisée, selon Moussa Touré. «Si le Président Macky Sall attend hier (jeudi) pour y aller avec son chapelet de milliards, avec des moteurs de pirogue, avec je ne sais quoi, personne n’est dupe, c’est la campagne électorale qui a commencé chez lui», soutient leader de Cet/Jarin sama reew. Pour lui, les populations de Guet-Ndar ont longtemps été victimes de chavirement de pirogue, de confiscation de leurs matériels de pêche par les garde-côtes mauritaniens et le chef de l’Etat ne s’est jamais déplacé pour les assister.
Moussa Touré qui présentait sa liste aux Législatives à son siège, au quartier Gueule Tapée, s’est par ailleurs attaqué à Amadou Ba, ministre de l’Economie, des finances et du plan et à la Fondation Servir le Sénégal de la Première dame, Marième Faye Sall. «Cette pratique qui consiste également en cette période faste à prendre sur les fonds de l’Etat, soi-disant pour aider les déshérités, des sinistrés des inondations, des victimes d’incendies, etc. tout cela, c’est de la politique, de la propagande et de la campagne déguisée. Ils le font sur nos moyens et contre nous», dénonce-t-il.
Très en colère contre le régime en place, le leader de Cet/Jarin sama reew a fustigé l’implication de certains membres du gouvernement dans les Législatives. Il dit : «Le président de la République, le Premier ministre, tête de liste, le ministre des Finances et tous les ministres utilisent les moyens de l’Etat, c’est-à-dire l’argent des Sénégalais. Notre démocratie est en recul et même en danger. C’est injuste et malhonnête de leur part d’utiliser notre argent pour nous combattre nous-mêmes.» Sur le coût élevé de l’organisation des Législatives du 30 juillet, M. Touré a une lecture différente de celle des autres. «Je ne veux pas les entendre, ce genre d’arguments. Quand l’Etat gaspille autant, qu’on ne vienne pas nous seriner que 47 listes électorales posent problème. Quand on nous parle de cohabitation, cela peut exister, mais ce n’est pas très sérieux dans notre société. Parce que quand il y aura cohabitation, le pouvoir, ces milliards qu’il a, qu’il distribue à tort et à travers, va les donner à des députés de l’opposition de sorte que chaque fois qu’il y aura un vote à l’Assemblée nationale, il aura la majorité. Parce qu’il aura corrompu des députés soi-disant de l’opposition», estime-t-il
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here