PARTAGER

Samedi, du haut de son perchoir, le président de l’As­sem­blée nationale n’a pas été tendre avec Yahya Jammeh. Sans le nommer, Moustapha Niasse a exhorté ses collègues à «écouter la voix du Peuple frère de Gam­bie, la voix de la raison, celle de la solidarité pour que nous soyons solidaires, nous députés, au Parlement sénégalais de nos collègues, députés de la Gambie. Mais surtout du Peuple gambien parce que personne ne sait de quoi demain sera fait.» Face à cette situation, il n’emprunte pas un langage diplomatique pour fustiger le comportement du candidat malheureux de la Présidentielle du 1er décembre. «Avec l’acte qui a été posé hier (Ndlr : vendredi), c’est une obligation morale qui nous incombe de dire : ça suffit !» A l’endroit des députés présents au vote du projet de budget du ministère de l’Economie, des finances et du plan, il a adressé un message. «Restez mobilisés aux côtés du président de la République et du gouvernement qui ont déjà entrepris les démarches nécessaires auprès du Conseil de sécurité à New York depuis hier, de la commission de sécurité et de défense de l’Union africaine à Addis Abeba et auprès de la Cedeao et de ses organes», a-t-il dit. M. Niasse de poursuivre sous des applaudissements : «Je souhaite que le parlement de la Cedeao aussi s’intéresse à cette situation et se tienne prêt. Nous devons tous être prêts pour faire face et aider le droit et la loi à être observés pour la dignité de l’espèce humaine et pour la préservation de la planète terre.»

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here