PARTAGER

L’intégration avec la Gambie et la Guinée-Bissau ne se fera pas sans une Casamance émergente ! Telle est la conviction du banquier Moustapha Sow, Directeur général de SF Capital. Car les problèmes de liaison et de transport qui constituaient une barrière entre la Casamance et le reste du pays ne sauraient être aujourd’hui une excuse valable pour les investisseurs, avec la réception prochaine du pont de Faréfégny.

Dans le cadre du «Week-end de la presse» initiée à Cap Skirring par l’Association des professionnels de l’information et de la communication (Apic) ; et qui comprenait plusieurs panels, axés sur les thématiques : Paix, Sécurité, Développement et Intégration sous-régionale, Moustapha Sow, Directeur général de SF Capital, a traité de «la place de la Casamance dans l’intégration sous-régionale». Aux cotés du Dg de la Senelec et du journaliste politologue, Yoro Dia, Moustapha Sow, ancien Directeur Afrique d’Iciec, filiale du Groupe de la Banque islamique de développement (Bid) a d’abord présenté la Casamance comme la plus importante région du Sénégal à cause de sa position géographique, mais également du point de vue stratégique et économique.
Conscient que le développement du continent devrait forcément passer par l’intégration économique, le financier international estime que la Zlec (Zone de libre-échange continentale) lancée par l’Union africaine, constitue aujourd’hui le programme le plus ambitieux et le plus important pour les pays africains. «Car si on regarde en termes d’échanges, le continent africain représente le continent le plus faible avec 12 à 15% là où les autres continents font entre 60 à 70%. Et qui parle de zone de libre-échange parle de proximité», a-t-il soutenu. Et pour ce qui est du Sénégal, il est clair que du point de vue stratégique, la zone de libre-échange continentale ne peut réussir, de l’avis du directeur de SF Capital, sans une intégration avec la Gambie et la Guinée-Bissau. Et l’intégration avec la Gambie et la Guinée-Bissau ne se fera pas, selon lui, sans une Casamance émergente.
Louant la prise de conscience et les efforts consentis par l’Etat du Sénégal pour la finalisation du pont de Faréfégny en Gambie, Moustapha Sow a martelé avec forte conviction que cet ouvrage qui sera bientôt réceptionné, constitue l’une des infrastructures les plus importantes de la sous-région, pour promouvoir les échanges économiques de la Casamance. «Le développement d’un pays passe par trois étapes : l’agriculture, l’industrialisation et la consommation de masse. Et qui parle d’agriculture au Sénégal, parle de la Casamance et c’est l’agriculture qui favorise bien évidemment l’industrialisation», a indiqué Moustapha Sow. Chose qui sera rendue favorable par le développement des infrastructures qui jusqu’ici ont constitué un frein aux échanges interafricains. «Les investisseurs doivent comprendre que le problème de liaison et de transport entre la Casamance et le reste du pays n’est plus une excuse valide et valable ; et ce, du fait que des entreprises basées au niveau du sud du pays font des produits de qualité et sont partout présentes au Sénégal», dixit Moustapha Sow.
Le directeur de SF Capital a déclaré que la performance économique de l’Etat du Sénégal sur l’eurobond, les performances en matière d’infrastructures au Sénégal, magnifiées sur l’international, contrastent vivement avec le débat en interne sur la santé financière du pays. «Cela ne fait pas trop sérieux ; car le Sénégal se métamorphose, le Sénégal est en train de passer d’une économie pauvre à une économie émergente, avec une classe moyenne qui émerge», professe-t-il.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here