PARTAGER

La décision de l’oncle et du frère du Président de renoncer à être têtes de liste n’a pas réussi à calmer le président de Jubanti Sénégal, Mamadou Mouth Bane. Ce dernier avait accusé, lors du meeting de Y en a marre, la famille du Président de mûrir un projet de «dévolution familiale au sommet du pouvoir législatif». Dans un communiqué, le secrétariat national de ce parti soutient que cette décision «ne remet guère en cause ce projet de dévolution familiale au sommet du pouvoir législatif». Et les camarades de Mouth Bane d’expliquer : «N’importe quelle personne élue député est éligible à la présidence de l’Assemblée nationale, la position sur la liste n’étant point déterminante dans le choix du futur remplaçant de Moustapha Niasse. L’essentiel, c’est d’être sur les listes et de gagner.» Partant de cette analyse, Jubanti Sénégal persiste dans ses accusations. D’ailleurs, Mouth Bane et ses camarades lient ce projet «de dévolution familiale à deux choses». D’après eux, il y a «la volonté de la famille Sall de positionner leur fils, Aliou Sall, comme le dauphin naturel de son frère au sein de l’Etat (en cas d’élection, il sera la deuxième personnalité de la République après son frère) et du parti l’Apr». Ensuite, il y a «l’immunité parlementaire de Aliou Sall visé par des plaintes à l’Ofnac et devant les juridictions internationales dans l’affaire Pétro Tim».

dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here