PARTAGER

En tournée de contact et d’évaluation au niveau des foirails de Thiénaba, Séwékhaye et Touba-Toul, le ministre de l’Elevage et des productions animales, Samba Ndiobène Kâ, s’est dit très satisfait du fait que toutes les dispositions ont été prises pour permettre aux Sénégalais de bien fêter l’Aid el kabir, prévue le lundi 12 août 2019.

Plus de 23 mille têtes de mouton, venus de la Mauritanie, du Mali et de l’intérieur du pays sont déjà disponibles dans le département de Thiès. L’esti­mation est du ministre de l’Elevage et des productions animales, en tournée dans les foirails de Thiénaba, de Séwékhaye dans la commune de Ngoun­diane, et de Touba-Toul. Samba Ndiobène Kâ s’est dit satisfait de «l’évolution du marché» dans ces importants points de débarquement de moutons. Des points de vente où «l’approvisionnement en moutons est correct». Il a félicité l’abnégation «des opérateurs sénégalais et ceux étrangers, maliens et mauritaniens, face à la situation très tendue du fait du tapis herbacé quasi inexistant, mais aussi de l’installation de la pluviométrie quasi inexistante». Aussi, il a magnifié «l’effectivité sur le terrain des mesures prises par l’Etat, au-delà de l’approvisionnement correct des différents points de vente visités». Et Samba Ndiobène Kâ de «repartir très rassuré» par rapport au constat fait sur place. «A 8 jours de la Tabaski, avec 23 mille têtes, ça ne peut être que rassurant. Nous restons très optimiste par rapport à un bon approvisionnement du marché sénégalais au vrai sens du terme», a souligné le ministre de l’Elevage et des productions animales. Lequel ne manque pas d’évoquer les «prix élevés» des moutons malgré les «mesures prises par l’Etat». Et de préciser : «Je ne saurais me permettre de les apprécier. Elevés ou pas, c’est aux consommateurs d’apprécier. Le rôle de l’Etat, c’est de mettre en place un cadre approprié pour que les unités soient là, mais également assez d’animaux. Maintenant, il y a la loi du marché qui définit les prix. La seule chose que je pourrais peut-être dire aux éleveurs et opérateurs, c’est qu’ils soient réalistes et patriotiques, mais aussi et surtout un peu cléments parce qu’actuellement ce n’est pas évident pour la quasi-totalité des consommateurs sénégalais, du point de vue moyens». Il remarque toutefois «la situation très difficile que nous vivons, avec un tapis herbacé et une pluviométrie presque inexistants. Il n’y a absolument rien comme aliment de bétail. Nous tous savons qu’il y a énormément de charges pour ce qui concerne les opérateurs. Donc à ce niveau-là, il faudrait juste prier pour qu’Allah donne un mouton à tous les Sénégalais». S’agissant des rabatteurs ou autres intermédiaires, et de l’insécurité décriée par les opérateurs, le ministre de l’Elevage a demandé au gouverneur de Thiès, en rapport avec les services de sécurité, de «prendre toutes les dispositions requises pour parer à toute éventualité qui irait dans le sens de mettre le consommateur dans une posture inconfortable». Outre ces questions, Samba Ndiobène Kâ est revenu sur «la souveraineté alimentaire qui est très importante», pour indiquer que «le président de la République l’a démarrée avec le Programme national d’autosuffisance en riz», mais aussi «un Programme national d’autosuffisance en moutons». Mais dans ce vœu, fait-il savoir, «l’Etat n’est qu’un maillon de cette chaîne. Il s’agit de mettre en place un cadre pour accompagner les initiateurs en les appuyant sur les géniteurs». Mais, dit-il, «compte tenu de l’étroitesse de la relation pluie/élevage au Sénégal, il faut que l’on aille vers la promotion des cultures fourragères, avec des superficies d’envergure. Que le programme ne soit pas du saupoudrage ! Il ne doit pas s’agir seulement de prendre deux hectares dans chaque coin pour faire de la culture fourragère alors que le besoin dépasse largement ces superficies». Il demande ainsi aux maires de ces communes rurales, une zone d’agriculture et d’élevage, de «prévoir une large espace pour cette culture dans le cadre de ce programme de promotion de la culture fourragère».
nfniang@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here