PARTAGER

L’un des principaux piliers du jeu démocratique est le débat contradictoire donc la différence d’opinions. C’est à ce titre, que le Parti socialiste a toujours cultivé les échanges d’idées dans ces instances conformément au respect des principes de la démocratie. Mais le débat contradictoire ne saurait s’accommoder avec l’utilisation de la violence qu’elle soit physique ou verbale.
Et c’est dans cette perspective, que les Jeunesses féminines ne cautionnent nullement de tels comportements et aussi nous condamnons toutes formes de banditisme et de barbarie et appelons solennellement tous lL’un des principaux piliers du jeu démocratique est le débat contradictoire donc la différence d’opinions. C’est à ce titre, que le Parti socialiste a toujours cultivé les échanges d’idées dans ces instances conformément au respect des principes de la démocratie. Mais le débat contradictoire ne saurait s’accommoder avec l’utilisation de la violence qu’elle soit physique ou verbale.
Et c’est dans cette perspective, que les Jeunesses féminines ne cautionnent nullement de tels comportements et aussi nous condamnons toutes formes de banditisme et de barbarie et appelons solennellement tous les camarades et militants à privilégier le débat d’idées sain et constructif ; pour un Parti socialiste uni, fort, indivisible et porteur d’espoir.
Pour rappel, alors que le bureau politique se réunissait des fractionnistes tapis dans l’ombre et à visage découvert ont recruté à l’insu de tous, des hommes armés d’une barbarie d’un autre âge, qui ont fait irruption dans la salle de réunion avec une violence inouïe, interrompant à plusieurs reprises les débats insultant , blessant et menaçant de mort certains camarades qui portent encore les stigmates de cette agression en insultant certains et agressant d’autres.
Dans cette perspective, étant donné que nous sommes dans un Etat de droit ; le bureau politique a souverainement décidé de saisir la justice pour faire la lumière sur cette regrettable affaire et situer les responsabilités. A ce titre, nous affirmons avec force, qu’il est difficile de travailler avec des inconscients, voire des irresponsables qui privilégient l’argument de la force et non la force de l’argument.
En tant que jeunes, nous déplorons le fait qu’un pan de la jeunesse soit instrumentalisé pour des intérêts particuliers d’un clan ou d’une personne. Khalifa Ababacar Sall est le responsable de tous nos problèmes au Ps ; tous les autres sont des victimes. Les jeunes ont porté le combat d’un poltron froussard, d’un peureux. Le rôle des jeunes c’est de poser des débats d’idées.
La jeunesse socialiste doit être l’espoir, la force vivace et la matrice qui doit porter les idées et les valeurs que nous a léguées feu Léopold Sédar Senghor.
L’histoire nous apprend que le Parti socialiste est une organisation de masse, dont l’action est fondée sur la méthode et l’organisation si chères au Président Senghor. Toutes choses du reste très ancrées dans les mœurs et l’histoire du Sénégal. Nous sommes très conscients de notre responsabilité et de la partition que nous avons à jouer en tant que formation politique et nous n’y renoncerons jamais.
Les jeunesses féminines manifestent toute leur indignation et leur amertume concernant les propos discourtois tenus à l’endroit de notre secrétaire général le Président Ousmane Tanor Dieng. Ainsi, nous avisons solennellement que les tentatives de combattre le secrétaire général Ousmane Tanor Dieng seront vaines. Nous invitons à méditer ces propos de Gandhi : «Ce n’est pas en éteignant la lumière de l’autre que la nôtre s’allumera».
Le Parti socialiste est une association de citoyens responsables, une organisation bien structurée qui œuvre tous les jours à contribuer au développement de notre cher pays, le Sénégal. Il ne saurait être une armée mexicaine. Ainsi, ceux qui ne partagent pas les idéaux incarnés par la majorité des militants sont libres de partir mais dans la dignité et le respect des principes démocratiques.
En définitive, les jeunesses féminines réitèrent leur engagement à travailler aux côtés de leur secrétaire général, le Président Monsieur Ousmane Tanor Dieng dans la poursuite et l’exercice des missions qui découlent du mandat qui lui est confié.
Nous lui renouvelons notre confiance, notre solidarité et notre profonde affection.
Yéya DIALLO
Présidente Mnjfes camarades et militants à privilégier le débat d’idées sain et constructif ; pour un Parti socialiste uni, fort, indivisible et porteur d’espoir.
Pour rappel, alors que le bureau politique se réunissait des fractionnistes tapis dans l’ombre et à visage découvert ont recruté à l’insu de tous, des hommes armés d’une barbarie d’un autre âge, qui ont fait irruption dans la salle de réunion avec une violence inouïe, interrompant à plusieurs reprises les débats insultant , blessant et menaçant de mort certains camarades qui portent encore les stigmates de cette agression en insultant certains et agressant d’autres.
Dans cette perspective, étant donné que nous sommes dans un Etat de droit ; le bureau politique a souverainement décidé de saisir la justice pour faire la lumière sur cette regrettable affaire et situer les responsabilités. A ce titre, nous affirmons avec force, qu’il est difficile de travailler avec des inconscients, voire des irresponsables qui privilégient l’argument de la force et non la force de l’argument.
En tant que jeunes, nous déplorons le fait qu’un pan de la jeunesse soit instrumentalisé pour des intérêts particuliers d’un clan ou d’une personne. Khalifa Ababacar Sall est le responsable de tous nos problèmes au Ps ; tous les autres sont des victimes. Les jeunes ont porté le combat d’un poltron froussard, d’un peureux. Le rôle des jeunes c’est de poser des débats d’idées.
La jeunesse socialiste doit être l’espoir, la force vivace et la matrice qui doit porter les idées et les valeurs que nous a léguées feu Léopold Sédar Senghor.
L’histoire nous apprend que le Parti socialiste est une organisation de masse, dont l’action est fondée sur la méthode et l’organisation si chères au Président Senghor. Toutes choses du reste très ancrées dans les mœurs et l’histoire du Sénégal. Nous sommes très conscients de notre responsabilité et de la partition que nous avons à jouer en tant que formation politique et nous n’y renoncerons jamais.
Les jeunesses féminines manifestent toute leur indignation et leur amertume concernant les propos discourtois tenus à l’endroit de notre secrétaire général le Président Ousmane Tanor Dieng. Ainsi, nous avisons solennellement que les tentatives de combattre le secrétaire général Ousmane Tanor Dieng seront vaines. Nous invitons à méditer ces propos de Gandhi : «Ce n’est pas en éteignant la lumière de l’autre que la nôtre s’allumera».
Le Parti socialiste est une association de citoyens responsables, une organisation bien structurée qui œuvre tous les jours à contribuer au développement de notre cher pays, le Sénégal. Il ne saurait être une armée mexicaine. Ainsi, ceux qui ne partagent pas les idéaux incarnés par la majorité des militants sont libres de partir mais dans la dignité et le respect des principes démocratiques.
En définitive, les jeunesses féminines réitèrent leur engagement à travailler aux côtés de leur secrétaire général, le Président Monsieur Ousmane Tanor Dieng dans la poursuite et l’exercice des missions qui découlent du mandat qui lui est confié.
Nous lui renouvelons notre confiance, notre solidarité et notre profonde affection.
Yéya DIALLO
Présidente Mnjf