PARTAGER

Peu de joueurs peuvent se targuer d’avoir fièrement représenté leur pays dans six tournois continentaux consécutifs. Le Mozambicain Octavio Magolico, s’il est épargné par les blessures, disputera cet été (19-30 août) son septième Afrobasket de suite ! Alors que cet homme de 32 ans s’apprête à mettre un terme à sa carrière internationale à l’issue de cette édition, il souhaite aider le Mozambique à écrire l’histoire. «Je serais un homme très heureux si nous parvenions à finir parmi les six premiers de l’AfroBasket», dit-il à Fiba.com.
Depuis 2005, date à laquelle Magolico -alors âgé de 20 ans- a fait ses débuts en Equipe nationale en Algérie, le Mozambique n’a jamais réussi à faire mieux qu’une dixième place, en dépit de tous les efforts consentis. «Nous avons de bons joueurs, mais nous manquons de moyens économiques», lâche l’intérieur (2m) du Ferroviario da Beira. «Je me sens plus en confiance actuellement. Mon plus grand regret est de n’avoir jamais atteint les quarts de finale au cours de ma carrière en sélection nationale», dira-t-il.
S’exprimant à propos de l’Afrobasket de cet été, Magolico précise : «Si nous commençons notre préparation suffisamment tôt, je suis sûr que nous ferons mieux que ces dernières années, parce que la plupart de nos joueurs ont désormais de l’expérience dans cette compétition.»
Le mois dernier, le Mozambique a battu le Zimbabwe lors des éliminatoires de la Zone 6 de Fiba-Afrique. Ce qui lui a garanti une place dans la phase finale. Ce succès, selon Magolico, a été minutieusement préparé. «Nous sommes entrés sur le terrain en étant conscients des qualités du Zimbabwe. Nous étions déterminés à ne pas laisser les Zimbabwéens imposer leur rythme rapide. Nous avons su les gêner en défense, nous avons été très adroits à trois points et ils n’ont pas réussi à faire les ajustements nécessaires en attaque», explique Magolico.
Revenant sur son long et beau passé en sélection nationale, Magolico cite les anciens Mvp de l’Afrobasket Miguel Lutonda (Angola) et Radhouane Slimane (Tunisie) en exemples de la finesse du basketball africain. «Vous ne trouverez actuellement en Afrique aucun distributeur avec autant de sang-froid que Lutonda. C’était un vrai patron sur le terrain», se souvient-il. «La précision de Slimane à longue distance fait de lui un des meilleurs shooteurs que j’ai eu à affronter», dit-il.
Les 16 équipes qualifiées pour l’Afrobasket 2017 sont le Nigeria, la République du Congo, le Maroc, la Tunisie, le Mali, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo, le Cameroun, l’Égypte, l’Ouganda, l’Angola, l’Afrique du Sud, le Mozambique, la Guinée et le Rwanda.

Afrobasket 2017 : La Guinée… 32 après !  

La Guinée retrouve l’Afrobasket pour la première fois depuis 1985. Eliminée dans les procédures des éliminatoires, la Guinée classée 3e à l’issue du tournoi de la Zone II, ne pouvait espérer mieux qu’une des deux Wild Cards, pour participer à l’Afrobasket, en tant qu’invitée. Les autorités guinéennes se sont accordées aux conditions posées pour convaincre la Fiba-Afrique, afin de décrocher un des tickets d’invitation. Pour cela, le ministère des Sports se devait de régler ses notes d’arriérés et s’accorder un certain nombre d’arguments, le respect du règlement intérieur et des statuts généraux de la Fiba.
Avec Fiba.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here