PARTAGER

A 47 ans seulement, le rappeur Jay-Z vient de marquer l’histoire de la musique en devenant le premier rappeur à inscrire son nom au prestigieux Hall of fame of songwriters. Une prouesse qui a poussé l’ancien Président des Usa, dans une vidéo, à lui rendre hommage. As des réseaux sociaux, Barack Obama a fait du Obama. Récit d’une folle nuit sur Twitter.

Comme il aime à le faire : Jay-Z continue d’inscrire son nom dans l’histoire de la musique. En devenant le premier rappeur à intégrer le prestigieux Hall of fame of songwriters jeudi passé, Shaw Carter (son nom à l’état civil) vient encore une fois, est-on tenté de dire, de prouver qu’il est le «boss» du rap mondial. Ce n’est pas son entrée au panthéon des écrivains américains qui est réellement l’évènement. C’est plutôt le buzz qu’il a provoqué dans les réseaux sociaux. En effet, seulement une journée après que le rappeur a été reçu au Hall of fame of songwriters, la twittosphère s’est emballée. A coup de tweets compulsifs (c’est le moins qu’on puisse dire), Jay, comme l’appelle sa tendre épouse Beyonce, a tenu à remercier pratiquement tous les rappeurs. De P Diddy en passant par son petit protégé Kendrick Lamar, Jay-Z s’en est donné à cœur joie au point qu’il sente le besoin de «jurer» qu’il «n’est pas bourré» dans un de ses tweets.  D’ailleurs, il n’a pas manqué son «envie» de partager que sa réussite soit interprétée comme une moquerie envers des rappeurs de sa génération (qui n’ont pas été sélectionnés).
Toujours est-il que Jay-Z était content, car il est «le seul rappeur à réécrire l’histoire sans avoir besoin de stylo». Et ça, tout le monde doit le savoir. C’est certainement ce qui a poussé l’ancien locataire de la Maison Blanche à lui a envoyer une petite vidéo. Un fichier que le rappeur de 47 ans, d’ordinaire très discret sur les réseaux sociaux, s’empresse de partager avec ses fans. En 2 minutes 10 secondes, Obama salue la carrière hors norme de Jay-Z, évoque leur amitié et les moments où le rappeur de Brooklyn l’avait inspiré alors qu’il n’était encore qu’un jeune sénateur de l’Illinois. Dirty off your shoulders, My first song : autant de titres que Barack Obama a cités comme des références personnelles dans la discographie de Jay-Z avant d’ajouter avec humour que le rappeur partage avec lui le fait d’avoir «une femme beaucoup plus populaire que lui (sic)». «Comme vous tous, je suis un fan (…) Je suis le seul Président à avoir écouté Jay-Z dans le bureau ovale. Cela changera peut-être, mais je suis presque sûr que c’est encore vrai aujourd’hui», a dit Obama.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here