PARTAGER

Isis, de son vrai nom Marie Rose Sagna, est une native de la région de Casamance, plus précisément du village d’Affiniam où elle fit ses premiers pas. Bien que la musique lui colle à la peau depuis le bas âge, Marie Rose Sagna a vu une aventure à l’étranger avoir raison sur elle. Celle-ci l’écarta de sa passion de la musique. Une fois en Suisse en 1998, elle s’engage dans une longue croisade pour sa survie en tant qu’émigrée. Serveuse, puis agent dans une industrie pharmaceutique, elle se passionne pour le domaine de la santé et commence une première formation comme auxiliaire de santé, puis aide-soignante. Ce qui ne l’empêcha pas de chercher sa voie dans le secteur aéroportuaire avec une formation d’hôtesse de l’air. Après un voyage d’un mois et demi au Cameroun en qualité d’infirmière, elle décide à son retour en Suisse de continuer sa formation d’infirmière spécialisée instrumentaliste, activité qu’elle exerce actuellement.
En vacances au Sénégal en janvier 2019, elle se fait rattraper par cette passion de la musique qui la projette dans un studio. Elle en ressort avec deux singles produits avec le label Doff record dont l’un porte le titre Jagorale qui est une chanson engagée, dénonçant les pratiques de sorcellerie et invitant les humains à s’aimer et à s’entraider dans la tolérance et le pardon mutuel. Toute jeune, elle intègre dès l’âge de douze ans la chorale de l’église d’Affiniam comme enfant de chœur. C’est dans celle-ci qu’elle sera remarquée par le chanteur Ouza Diallo qui la sélectionna lors d’une tournée nationale de prospection de jeunes talents. Elle poursuit sa passion de la musique en suivant un peu partout les artistes de l’époque, notamment Souleymane Faye et Secka. Elle était en ce moment en classe de Ce1.
Parlant de son surnom «Isis», l’artiste dit qu’elle est une passionnée de mythologie égyptienne. C’est pourquoi ce surnom lui colle à la peau. «Isis représente une reine mythique et une déesse funéraire de l’Egypte antique, sœur et épouse du roi Osiris, et mère du souverain Horus, une déesse très populaire à la puissance universelle», explique celle qui rêve d’une carrière musicale en majuscule en s’aménageant un emploi du temps qui puisse lui permettre de se consacrer à sa passion.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here