PARTAGER

Hoodi, baggy et basket étaient de sortie le vendredi, en lieu et place des babouches et autres boubous. Le rappeur Legacy a soufflé sa 29ème bougie à l’hôtel Sakhomon. Il s’est fait accompagner par le «meilleur Dj d’Afrique», Dj Dollar, le youtubeur Mahfous et plein d’autres artistes. Naturellement, quand on célèbre son anniversaire, on reçoit des cadeaux, mais ce natif de Yoff a voulu innover. Fraîche­ment revenu des Etats-Unis, Abdourahmane Aziz Dia entend «importer le modèle d’affaire d’Hollywood». Lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant spectacle, le rappeur avait annoncé l’installation d’un label. Born a legacy aura pour principal objectif l’exportation de la musique sénégalaise au pays de l’oncle Sam. Pour ce faire, il entend s’appuyer sur le grenier à talents que constitue la jeunesse du pays. Legacy va mettre à profit son image pour tirer les jeunes talents vers les sommets.
L’installation de ce label dont les équipements sont à la pointe de la technologie est le premier acte d’une série d’investissements. En effet, une imprimerie tournée vers les métiers du numérique devrait également voir le jour. Ensuite, la première station radio 100% rap galsen s’ensuivra. L’équipe est déjà constituée à cet effet. Habib et ses collaborateurs sont à pied d’œuvre pour dénicher les talents.
Il faut noter que Legacy est un rappeur et compositeur. Il a 2 mixtapes sur le marché. C’est en 2001 qu’il atterrit dans le Queens à New York pour continuer ses études. Il avait 11 ans. «Très vite, il arrive à imprimer sa marque et ses chansons sont régulièrement diffusées sur les stations de radio  aux Usa et en Europe. Durant sa carrière, il écume les scènes des villes de New York, Pennsylvanie, Washington DC, Ohio et de plusieurs autres Etats. Au cours de ses pérégrinations artistiques, ses prestations convaincantes lui permettent de partager la scène et le micro avec des artistes d’envergure tels que Fabulous, Day  26, Ron Brow, Ray J et Cherry Dennis.» C’est ce qu’affirme le document préparé pour la presse.
Document qui ajoute qu’à la naissance de sa fille  aînée, il décide de prendre du recul parce qu’il lui «fallait faire une introspection pour savoir où mettre les pieds» car, a-t-il expliqué, «j’étais un enfant. Je ne connaissais que l’école, les filles et la musique. Avant la naissance de ma fille, je sentais que tout n’allait pas. Il fallait changer de mentalité. Il m’a fallu faire un break pour savoir ce que je dois faire de ma vie».
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here