PARTAGER

Cette semaine dans l’Afro-club, le hit des platines est rythmé par les artistes Rotimi, Daara J Family, Nappy & Burna Boy, Fally Ipupa, Tenor, Vegedream et enfin Jah Cure & Mya.

Si vous êtes fan de la série télévisée américaine Power, vous connaissez sans doute Olurotimi Akinosho, alias Rotimi. Ce chanteur et acteur américano-nigérian, né le 30 novembre 1988 à Maplewood (New Jersey), est connu pour son rôle du personnage Darius Morrison dans la série Boss, de la chaîne américaine Starz, mais aussi et surtout parce qu’il joue actuellement le rôle principal de Andre Coleman dans la série Power, produite par 50 Cent. Son père est de l’ethnie Yoruba, et sa mère de l’ethnie Igbo. Il a toujours vécu aux Etats-Unis. Rotimi a fait ses débuts sur grand écran en 2013 et depuis il n’a cessé de tourner dans différents films dont le succès au box-office n’est plus à démontrer : Imperial Dreams, Divergent, Deuces, pour ne citer que ceux-là. Son autre passion, c’est la musique et il vient de mettre sur le marché son album The beauty of becoming ce 13 décembre dans lequel il fait appel à ses racines nigérianes, comme à chaque fois qu’il chante, pour offrir un florilège de titres afropop et R&b à déguster sans modération. Un album paru sur le label G-Unit et co-produit par 50 Cent, Jay-Z, Jamie Foxx et T.I.

Daara J Family revisite un chant rituel africain dans «Tchékoulé»
Le duo sénégalais Daara J Family est de retour avec un nouvel extrait de leur album Yamatele qui sera disponible le 17 janvier 2020. Il s’agit du titre Tchékoulé, une chanson populaire en Afrique et utilisée, selon les régions, pour des jeux d’enfants ou des passages rituels. Ici, Daara J le définit comme le chant des circoncis récemment initiés à l’âge adulte. Par ce chant, les enfants initiés se disent «maintenant prêts à relever les défis rencontrés durant le grand voyage de la vie». Faada Freddy et Ndongo D travaillent sur ce projet depuis plus d’un an et le clip de Tchekoulé a été particulièrement soigné. Au-delà de ce visuel, il y a la symbolique de la transmission que l’on voit à travers le baobab, arbre ancestral, mais aussi l’initiation et la reconnexion avec un héritage africain très souvent oublié. Vous l’aurez compris, ce clip est un message pour le retour aux sources, le retour du patrimoine «pillé» par les colons, le retour des enfants d’Afrique vers leurs pays d’origine.

Nappy et Burna Boy s’enjaillent dans un fast-food pour Aye
Tout ce que Burna Boy touche se transforme en or. Les nombreux artistes qui le sollicitent en savent quelque chose. Nominé aux Grammy’s, le chanteur nigérian n’en oublie pas pour autant de rendre ce qu’il a reçu. Sa carrière est en train de prendre une toute nouvelle envergure en s’exportant partout dans le monde grâce aux sonorités si particulières de sa musique ainsi que ses rythmiques et sa voix bien calibrée. Cette fois, il accompagne Nappy pour le morceau Aye, un hymne dancehall hyper rythmé, parfait pour mettre le feu sur les pistes de danse. Les deux artistes ont décidé de tourner le clip de cette chanson dans un restaurant américain des années 60 de type Diner. Le tout dans une ambiance chaleureuse. Jimoh Olayinka Dolapo est le nom de Nappy à l’état civil. Rappeur nigérian signé chez NapTown records. Il est né le 22 janvier 1994 et s’est lancé dans la musique dès l’âge de 15 ans. Il est d’ailleurs retourné vivre au Nigeria pour sa carrière alors que ses parents s’étaient installés au Royaume-Uni avant sa naissance. Nappy est un amoureux de la trap, du grime et de l’afrobeats.

Fally Ipupa de retour avec le très plaisant «Ça bouge pas»
L’année 2019 a été celle de la préparation du grand retour de Fally Ipupa sur la scène de Bercy en février prochain. Après avoir sorti son album de 31 titres Control en 2018, le chanteur congolais a choisi de prendre du temps pour lui afin de développer d’autres projets. Il faut dire qu’il avait de quoi exploiter des singles pendant un certain temps. Il a donc pondéré ses apparitions et ses collaborations, même si on l’a vu sur le dernier album du rappeur Ninho, Destin dans lequel ils ont rendu hommage à la ville de Kinshasa sur un titre éponyme, désormais Single d’or en France. C’est le vendredi 13 décembre dernier que Fally Ipupa a fait son grand retour en solo, résolument prêt à réaliser de grandes choses en 2020, avec Ça bouge pas. Un titre d’à peine 2 minutes dont le clip met en scène l’artiste avec une belle demoiselle pour qui son cœur bat. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle se montre très réceptive. Rendez-vous donc à l’AccorHotels Arena le 28 février prochain. On a hâte !

Tenor, l’énergie personnifiée du bikutsi dans «C’est bon»
Chaque fois que le rappeur camerounais Tenor sort un nouveau titre, c’est un évènement. On l’appelle le Fiang le Way le Yamo, ce qui signifie en langue locale tout ce qui a attrait à la bonne «sauce» et des appétits grandeur nature. C’est aussi de cette façon que Tenor définit sa musique. C’est aussi le slogan et la signature que l’on peut entendre sur chacune de ses nouvelles chansons. Cette fois, il revient avec C’est bon, un titre énergique teinté de bikutsi. Il décrit les contradictions et les humeurs changeantes qui caractérisent les êtres humains, selon les bonnes ou mauvaises relations qu’ils entretiennent avec leurs semblables. En d’autres termes, on peut changer d’avis sur la valeur d’une personne selon l’état de notre entente mutuelle. La vie en somme.

Vegedream se sent négligé et trompé dans «Mes doutes»
Ça faisait longtemps que Vegedream ne nous avait pas donné de ses nouvelles. Habitué au succès depuis la popularité du hit tonitruant Ramenez la coupe à la maison qui a accompagné le couronnement des Bleus lors de la dernière Coupe du monde de foot, il compte bien inscrire son nom régulièrement dans les charts. Après sa collaboration avec Ninho sur Elle est bonne sa mère au refrain inspiré du film Les choristes, le chanteur originaire d’Orléans remet ça avec Mes doutes. Un morceau dans lequel Vegedream change de registre et parle des doutes qui l’envahissent lorsqu’il songe à sa relation avec sa belle. Persuadé qu’elle lui cache des choses, il ne cesse de remettre en question chacun de ses choix et perd petit à petit la confiance au même titre que les pédales. Allez courage Vegedream !

Le Jamaïcain
Jah Cure invite Mya pour la douce mélodie «Only you»
Jah Cure vient de mettre en ligne la vidéo de sa collaboration avec la chanteuse américaine Mya, Only you. Ce single fait suite aux sorties précédentes de son récent album Royal soldier, paru le 30 août dernier et déjà défendu par Telephone love, Risk it all partagé avec Phyllisia Ross, Life is real avec Popcaan, Marijuana avec Damian Marley, Pretty face et Royal soldier. Dans Only you, Jah Cure et Mya chantent l’histoire d’un jeune couple qui se remémore ses fiançailles et renouvellent leurs vœux d’amour. Jah Cure est un aventurier musical qui explore les rythmes, les humeurs et le sens. Son dernier album Royal soldier en est la preuve, car il a écrit sur des thèmes tels que l’amour, la conscience et les réalités de la vie entre absorption de substances planantes et autres recherches spirituelles. Jah Cure est un artiste très influent dans les Caraïbes parmi les artistes reggae. Mya qui l’accompagne est l’auteure du titre-culte Case of the ex sorti en 2000. Egalement actrice et productrice, elle a remporté un Grammy awards dans la catégorie Meilleure collaboration R&b en 2002. On lui doit également des succès tels que Best of me, My love is like whoa, et Movin’ On.
Rfimusique.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here