PARTAGER

Le jeune artiste percussionniste Papis Morin Mbaye alias PMP a organisé une séance d’écoute de son premier album, «Tefess bi». A travers un genre musical assez particulier, l’afro-house, le chanteur dévoile tout son talent qui lui permet de se faire une place sur le plan national et international.

De l’afro-house au Sénégal ! Une première dans ce pays où des genres musicaux, comme le mbalax en particulier, rythment le quotidien des Sénégalais. Audacieux, Papis Morin Mbaye, alias PMP, a tenu ce jeudi un point de presse au restaurant du Phares des Mamelles pour présenter son album de neuf (9) titres. Tefess bi, sorti depuis l’année dernière, est un mélange de house music et de percussions africaines, notamment sénégalaises (bugarabu, djembé, bombolong, djung-djung). Un pari plutôt réussi. Les milles exemplaires sortis ont été écoulés avant qu’il n’en reproduise 500 de plus. Une preuve que son style musical est déjà adopté par les mélomanes sénégalais et étrangers.
Fils de St-Louis, Papis Morin Mbaye est un ancien pêcheur. De la mer, il se retrouve à la musique. Pour expliquer cette transition, l’artiste n’y va pas par quatre chemins. Pour lui, la mer et la musique forment une et même chose. «C’est la même passion», a-t-il tout simplement répondu en se basant sur l’allitération en «m». Aussi, dit-il, c’est une manière de montrer que la diversité est le trait d’union entre sa musique et la mer. «A l’image de la mer, il y a une vaste variété dans ma musique», ajoute M. Mbaye. Cette longue histoire entre PMP et l’océan est poétiquement ou plutôt artistiquement relatée dans l’album, en partant de la titraille à l’affichage, en passant aux titres 1 Dakar – Gorée et 4 Phares des Mamelles. L’ancien bagagiste devenu technicien et enfin percussionniste a galéré dans la musique avant de se lancer dans l’afro-house. «Papis a démarré il y a quelques années avec le jazz. Il a été initié à ce genre musical assez particulier par de grands artistes sénégalais et internationaux (de passage au Sénégal). Depuis, il est en train de continuer son chemin dans la musique parce qu’il a eu à bosser comme il le faut pour en arriver là. Ce n’est pas évident de devenir musicien», a témoigné Michaël Soumah à l’endroit de son protégé.
Aujourd’hui, le chanteur est dans la recherche de nouvelles sonorités. Après Tefess bi comme premier bijou, PMP ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il est plus que déterminé à tirer son épingle du jeu. Issu d’une famille de griots, il promet que son prochain album sera un «house -mbalax».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here