PARTAGER

Deux ans après la sortie de son premier album, Momo Dieng est de retour sur le marché. Il a présenté ce lundi à la presse son second album, Cey lii, qui devrait être présent sur le marché depuis hier.

La discographie de l’artiste-chanteur, Momo Dieng, s’enrichit d’une nouvelle production. Celle-ci qui s’intitule Cey lii, a été présentée, lundi, à la presse. Dans cet opus de 11 titres, l’artiste aborde différents thèmes relatifs à l’amour (Chérie coco), à l’amitié (Xarit Sama), au cousinage à plaisanterie (Kal) à la vie en général (Lif bi). Il fait appelle aux valeurs de la solidarité entre proches ou amis (Dang Serré) et de la clémence (Yërëmko) et exprime toute sa reconnaissance à ses collaborateurs, son staff à travers le titre Ndobinn et chante son parrain, le sceau des Prophètes, qui n’est nul autre que son homonyme Mohamed (Turëndo). Un titre qui, justement, rappelle à l’artiste son père Ndiouga Dieng qui, décédé il y a quelques années, était également un illustre chanteur. Emu aux larmes, après le passage de ce titre, l’artiste s’excuse et s’explique : «je m’excuse d’avoir versé ces larmes. C’est parce que j’étais très ému de chanter le Prophète (Psl) qui me fait penser à mon père qui l’aimait profondément», dit-il. Poursuivant, il confie que ce titre devait normalement faire partie du premier album, mais qu’il n’a jamais pu le finir. Tellement il voulait qu’il soit abouti.
Revenant sur l’album de façon plus générale, le chanteur explique l’intitulé Cey lii. «Cey lii est la suite logique de mon premier album Lang gi. Dans toutes les lang (foules et assemblées artistiques) vous entendrez cey lii. Et vu son contenu, je suis sûr que tous ceux qui l’écouteront diront cey lii».
Pour les membres du label Prince Art, ce second album vient confirmer le talent de Momo Dieng à qui ils prédisent un avenir radieux dans le paysage musical sénégalais. «Momo fait partie du cercle des jeunes talents que compte le Sénégal et est incontestablement un espoir sûr», encensent-ils leur poulain. Ce qui est sûr pour les oreilles averties du frère Alpha Dieng, le poulain va bientôt devenir un vrai étalon. S’il ne l’est pas déjà.
Né à Rufisque en 1993 de père et de mère griots ; le jeune Momo a très tôt suivie les pas de son papa, Ndiouga Dieng. A 13 ans déjà, le jeune partageait ses études avec sa passion pour la musique. En 2009, il met sur pied son premier groupe musical et produit, en 2013, deux chansons Mbëguel et Caat. En 2017, il sort sous la bannière Prince Art son premier album Lang gi et, en 2019, son deuxième toujours avec le même label.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here