PARTAGER

S’il y a des jours au Festival international de jazz de Saint-Louis qui ne pourront être oubliés lors de cette 25e édition, la nuit du jeudi dernier en fera partie certainement.  Le groupe Nakodjé et le duo Lisa Simone & Hervé Samb ont chauffé comme jamais la Place Faidherbe. Deux concerts époustouflants où il fallait du souffle pour tenir le rythme.

Les concerts du jeudi à Saint-Louis jazz ont été un véritable régal pour le public qui s’est massivement déplacé à la Place Faidherbe. C’est d’abord le groupe Nakodjé qui a mis le feu sur la scène avec un afro-jazz dont il a seul le secret. Le groupe utilise des instruments traditionnels comme le balafon ou la flûte, à côté d’instruments modernes, pour produire une musique originale fortement influencée par des airs pulars. Les membres du groupe qui ne sont pas en terrain inconnu chantent presque tout, un avantage certain qui leur permet de varier le tempo.
Thomas Vahle  (flûte peul, saxophone),  Mamadou Abou Ba dit Gabi (lead vocal et chœurs), Ousseynou Mangane (lead vocal, balafon, chœurs), Lamine Touré (bougarabou, djembé, chœurs), Christian Bocandé dit Kiki (basse, chœurs) et le Saint-louisien Séga Seck (batterie et chœurs) feront voyager le public dans l’univers de la culture peul.
Ils chantent des chansons tirées de leur répertoire qui retrace à la fois la vie quotidienne dans le monde rural, le travail, mais aussi l’amour et surtout la souffrance de la femme dans le cadre familial, la femme innocente qui souffre dans son foyer. Le groupe fait de l’ambiance et fait danser le public. Sur scène, les musiciens revendiquent leur histoire avec Saint-Louis, une ville où ils se sont produits plusieurs fois. C’est de là d’ailleurs, explique Gabi, qu’ils étaient partis il y a quelques années pour enregistrer leur premier album en Europe. Et c’est à Saint-Louis encore qu’ils jouent pour la première fois, en live, leur nouvel album Fou­couleurs, à peine sorti. Tout un symbole. Presque tous les morceaux de l’album ont été revisités au grand bonheur du public qui a beaucoup bougé.

Fantastiques Hervé Samb et Lisa Simone
Le public ne pensait pourtant pas que le meilleur était à venir jusqu’à l’apparition sur scène du Sénégalais Hervé Samb et de l’Américaine Lisa Simone. Ce duo magique a, en effet, mis littéralement le feu à la Place Faidherbe. Ce fut l’une des prestations les plus chaudes de l’édition 2017 du festival. De sa voix chaude, Lisa Simone a ébloui Saint-Louis dans un duo exceptionnel avec le jeune Sénégalais qui, sa guitare en bandoulière, a encore une fois montré qu’il est l’un des meilleurs guitaristes du moment. Lisa met de l’ambiance, elle invite le public à la fête. La chaleur de sa voix tient en haleine. Le public, déduit, s’accroche. Il ne pouvait d’ailleurs en être autrement. Lisa y a tellement mis du sien. La fille de Nina chante avec le cœur et conquiert le cœur des festivaliers.
Durant sa fougueuse prestation entre deux envolées, elle engage un formidable dialogue avec Hervé qui répond aux interpellations de sa voix chaude et grave par des notes de guitare. La chanteuse rend homme à sa mère, la célèbre Dr. Nina Simone, dans deux chansons dont l’une fut composée par cette dernière alors que sa fille n’avait que sept ans. Lisa est à Saint-Louis pour le show. Elle le fait savoir et se lâche complètement dans la dernière ligne droite du spectacle, se livrant corps et âme à son auditoire. La star se faufile dans les allées, communie avec ses fans, serre la main de tout le monde. Et pour lui rendre la monnaie de sa pièce, le public reste debout pendant plusieurs minutes, dansant, chantant, jubilant et accordant un «standing ovation» au groupe.
Avant de quitter la scène, Lisa a exprimé sa joie de s’être produite à Saint-Louis. Elle se dit même prête à revenir encore et encore. L’artiste qui revendique l’héritage de sa mère qu’elle veut jalousement garder confesse vouloir tout de même poursuivre la voie qu’elle s’est elle-même tracée.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here