PARTAGER

Kara Mbodji, prêté un an avec option d’achat par Anderlecht au Fc Nantes, a été présenté officiellement à la Jonelière cet après-midi.

Prêté cette saison au Fc Nantes par Anderlecht, Kara MBodji ne débarque pas en terre inconnue. Conseillé par l’ex-Canari Adrien Trebel, il a retrouvé à la Jonelière Anthony Limbombe et Kalifa Coulibaly. Et déjà démontré une grosse force de caractère. «Les voir ici, ça ne peut que me rassurer.» Au Fc Nantes, Kara MBodji a retrouvé des visages familiers. Comme Kalifa Couli­baly, qu’il a affronté dans le championnat belge, «un frère». Mais surtout Anthony Lim­bombe, avec qui il a évolué à Genk, jusqu’à l’été 2015. A son arrivée à la Jonelière, le défenseur central sénégalais avait eu droit à une visite des lieux par Adrien Trebel, l’ancien milieu des Jaunes et partenaire à Anderlecht. «C’était plus qu’un coéquipier. Il a été très positif sur le Fc Nantes. C’est pour moi le club idéal, avec une histoire énorme et qui fonctionne comme une famille. Après sept mois sans jouer, c’est le club qu’il me fallait.» Vice-capitaine du Sénégal, fort de 47 sélections, on serait presque étonné de voir ce combattant, loué pour son exemplarité, poser ses valises sur les bords de l’Erdre. «C’est une très bonne personne, attachante et ouverte aux autres», assure Issa Cissokho, ancien joueur du Fc Nantes qui l’a côtoyé en sélection.
A sa personnalité appréciée, le joueur de l’Académie Diambars impressionne aussi par ses dispositions physiques. Ander­lecht avait cassé sa tirelire pour l’obtenir, faisant alors de lui le défenseur le plus cher de l’histoire du club. «C’est un joueur agressif, qui met beaucoup d’impact dans les duels, détaille Issa Cissokho, ancien joueur du Fc Nantes qui l’a côtoyé en sélection. Physique­ment, c’est un monstre.»

«Ils m’ont enterré vivant»
Kara Mbodj a payé les changements de gouvernance chez l’ancien champion de Belgique 2017. «Il y a une nouvelle direction et la politique du club a changé. J’avais besoin de voir ailleurs.» De prouver aussi, et notamment depuis sa blessure au genou, dont les suites de l’opération ont retardé son retour sur les terrains. «Pas mal de gens m’ont enterré vivant à cause de ma blessure au genou. Je veux leur répondre sur le terrain, c’est mon objectif personnel. Je peux revenir à mon meilleur niveau.» Kara MBodji avait d’ailleurs démontré sa force de caractère et consenti beaucoup de sacrifices pour gagner sa place au sein de la sélection sénégalaise, lors du dernier Mondial en Russie. Il a effectué la préparation avec les Lions de la Téranga et pris part à deux rencontres amicales. «Au pays, on peut comparer sa popularité avec Mané, poursuit Issa Cissokho. C’est un joueur de caractère, exemplaire, très attaché à ses racines, où il se distingue par de nombreuses actions auprès des jeunes.» «Ici, je peux apporter mon expérience et un leadership. Je ne fuis pas mes responsabilités», affirme Kara Mbodji. La concurrence ? «Je connais, en sélection comme à Anderlecht. Je ne m’inquiète pas. De toute façon, je n’aime pas la facilité.»
Avec ouest-france.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here