PARTAGER

Le président de la République, Macky Sall, a inauguré hier la maison des hôtes de Ndiassane baptisée «Résidence Cheikh Bouh Mouhamed Kounta», le fondateur de la cité sainte. Une infrastructure d’un coût de 1,2 milliard qui s’inscrit dans le cadre du programme de modernisation des cités religieuses.

Ndiassane est maintenant dotée d’une Résidence des hôtes. Le chef de l’Etat qui a été hier l’hôte de la sainte famille kountiyou pour les besoins du Maouloud, a profité de son séjour pour inaugurer l’infrastructure baptisée «Résidence Cheikh Bouh Mouhamed Kounta». Et, le président de la République de donner aussi toutes les assurances quant à la poursuite du Programme spécial de modernisation de la cité religieuse, qui sera exécuté dans le long terme. Car de l’avis du Président Macky Sall, l’Etat a le devoir d’accompagner tous les foyers religieux. Et dit-il : «Nous ferons tout pour les doter d’infrastructures adéquates. C’est pourquoi nous avons mis en œuvre ce programme. Et depuis nous avons fait des réalisations à Tivaouane, Touba, Ndiassane, Médina Baye, mais également chez les Layènes, et à Poponguine. Et nous allons continuer sur cette lancée.» Toutefois, précise Macky Sall, «ce programme n’est pas une obligation pour le gouvernement, parce qu’il n’y a aucun dirigeant de ce pays qui l’a fait». Mais dit-il : «Nous l’avons mis en œuvre pour soutenir les cités religieuses parce que ces infrastructures vont contribuer à la protection du patrimoine de ces foyers.» Car à son avis, «la religion est d’une importance capitale au Sénégal, un pays où plus des 99% de la population sont des croyants, qu’ils soient musulmans, catholiques…».
A sa suite, le porte-parole de la famille kountiyou a dit toute la satisfaction de Akhloul Kountiyou de la réalisation du chef du l’Etat. Mais Abdourahmane Kounta n’a pas manqué de solliciter l’aide du Président Sall pour l’entretien de l’infrastructure d’un coût de 1,2 milliard de francs Cfa, et qui porte le nom du fondateur de Ndiassane. «L’entretien de la résidence demande des moyens énormes dont la famille ne dispose pas», affirme le marabout qui, sur un autre registre, a demandé à son hôte de pacifier l’espace politico-social pour des élections apaisées. Mais également à tous les autres leaders politiques de travailler dans ce sens pour la paix au Sénégal.
Pour sa part, le fils du défunt Khalife, Mouhamed Kounta, a soutenu que son père, Mame Bouh Mamadou Kounta, avait préféré de façon «très désintéressée, qu’un ouvrage de cette dimension soit dédié à toute la communauté Kkhadriya». Pour dire, selon lui, que «l’infrastructure appartient à toute la communauté». Le membre du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) de saluer, «l’originalité de l’ouvrage, qui est singulier dans la conception et très adapté aux valeurs de l’islam, même du point de vue de sa couleur verte qui est symboliquement celle de l’islam». Et Mouhamed Kounta de dire, toutes les difficultés qu’avait la famille Kountiyou lors de la célébration du Maouloud, qui «a une dimension sous-régionale voire internationale, pour recevoir tous ses hôtes, notamment les hôtes de marque, dans de bonnes conditions. Un problème d’hébergement se posait avec acuité, mais avec cet ouvrage, cette épine est définitivement enlevée des pieds de la famille au moins pour 50 ans».  Le fils du khalife dira ainsi toute la satisfaction de la cité religieuse, «Ndiassane a bel et bien sa part dans la démarche de l’Etat, car au-delà de ce bijou, il y a également le hangar qui abrite le Gamou. C’est pourquoi nous sommes très reconnaissants au Président Macky Sall qui l’a réalisé et le plus intéressant encore c’est qu’il est en train de généraliser une telle démarche. Au-delà de la communauté, c’est tout l’islam qui est content», dit-il.
Le problème de l’entretien de l’infrastructure, qui est composée d’un espace culturel avec l’installation d’une radio et d’une télévision mais également d’une bibliothèque, des salles et appartements privés pour le khalife, qui lui permettront de recevoir ses hôtes pendant l’évènement, sera, selon le Président Sall, étudié. «Des pistes seront explorées, pour envisager la mise en place d’une dotation spéciale pour les collectivités locales qui abritent ces infrastructures. Ainsi, la formation d’un personnel adéquat, notamment en matière d’hôtellerie, pourrait leur être donnée, suivie d’une prise en charge salariale.» Car dira-t-il, «c’est un aspect extrêmement important parce que si le Palais présidentiel est encore en état, c’est parce qu’il est entretenu et maintenu».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here