PARTAGER

Ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale du Sénégal, l’homme d’Etat Habib Thiam était avant tout un walo-walo de cœur et d’esprit. Il avait les épaules larges, la forte carrure des hommes du Peuple amphibie des walo-walo.
Comme tout bon walo-walo, il était un homme de refus. Face à la toute puissance de Jean Collin et de l’effacement de son ami le Président Abdou Diouf, il a dit non au néo-colon toubab comme l’avait fait le prince walo-walo, Sidya Ndaté Yalla, un siècle plus tôt.
Dans sa célèbre chanson Walo bagne na https://www.youtube.com/watch?v=6zPgxNrVhH4&t=22s
Adja Mbaana Diop rappelait que le Walo, terre de bravoure, avait aussi  parmi ses héros le jihadiste Diilé Fatim Coumba Diombas Thiam, ancêtre de Habib Thiam qui faillit renverser le régime des Bracks en 1830.
On le dit brillant intellectuel. Normal, n’oublions pas qu’il était originaire  du village de Gaé de Seydina El Hadj Malick Sy, haut lieu de savoir et de piété.
Comme tout walo-walo, il ignorait la ruse, le «tapalé» et était entier. Là où nos autres parents des autres sous groupes wolofs préfèrent faire du «masla», il choisissait la vérité et la rigueur.
Ngouraam aam na ndiarigne thi Walo ak ya mbookaam.
En favorisant l’installation de la Compagnie sucrière sénégalaise, il a transformé le terroir rural du Walo en une zone agro-industrielle qui polarise  toute l’activité économique du Nord Sénégal et fait de la bourgade de Richard-Toll l’une des villes les plus dynamiques du Sénégal. Après le baron Roger, le jardinier Claude Richard, l’histoire de cette ville retiendra les noms de Jacques Mimran et Habib Thiam.
Ministre du développement rural, il a aménagé la cuvette Dagana Gaé d’une superficie de centaines d’hectares où jusqu’à présent des milliers de ses parents walo-walo tirent leur subsistance.
Dans tous les lieux de prière de la Korité au Walo, des prières ont été dites pour l’illustre absent.
Nous lançons un appel aux syndicats des ouvriers de la Compagnie sucrière sénégalaise et aux paysans de Dagana Gaé, qui lui doivent tant, d’organiser des journées de prières aux mosquées de  Richard-Toll, Dagana et Gaé.
La plus belle façon de rendre hommage à ce grand walo-walo de ce Farba Nder serait que les communes de Dagana et de Richard-Toll, lors de leurs prochaines délibérations, attribuent le nom de Habib Thiam à de grandes artères de leur ville.
Que la terre de Yoff lui soit légère !
Ndondé ndondé, les griots du Walo chantaient ainsi le Farba Nder, chef des balamagnsé du Walo.
Amadou Bakhaw DIAW
Grande notabilité
coutumière du Walo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here