PARTAGER

A Tivaouane Peul, les populations réclament un audit foncier pour résoudre les problèmes récurrents qui se posent dans la localité. Une chose que le Président Macky Sall avait promise et qu’elles ont tenu à rappeler dimanche. «Nous interpellons directement le Président Macky Sall. Il était passé quand il faisait campagne et s’était arrêté au croisement de Tivaouane Peul pour écouter nos doléances», a rappelé Oumar Diop, parlant au nom de la jeunesse. «Il avait promis de régler la situation s’il gagnait. C’est ce qui lui a donné une victoire éclatante ici à Tivaouane Peul lors de ces élections. Cet engagement qu’il avait pris devant la population, nous l’appelons à le respecter. Nous savons que c’est un homme de vérité, épris de justice. Il faut qu’il ordonne la régularisation de la situation foncière», a-t-il poursuivi. Le collectif qui regroupe outre la jeunesse, les femmes et les personnes âgées était en Assemblée générale pour chercher une position commune dans leur combat contre ceux qu’ils appellent «les prédateurs fonciers» et aussi pour prévenir qu’ils ne laisseront plus passer les démolitions de maisons. «Nous n’accepterons plus que nos maisons acquises dans la légalité soient démolies. Nous ferons face quoi que cela va coûter», a ainsi prévenu le porte-parole des jeunes. «Les résidents ont acquis ces terres depuis belle lurette avec des titres approuvés par le sous-préfet de la localité qui représente l’Etat», a-t-il argumenté. «Il y a eu des titres fonciers qui ont été délivrés entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012 (…). La compétence du maire relève du domaine national et il n’est pas compétèrent pour délibérer sur un titre foncier», a relevé le chargé des affaires domaniales à la mairie de Tivaouane Peul, Mouhamed Faye. «Le sous-préfet représente l’Etat dans la collectivité et donc les délibérations qu’il a approuvées ont une valeur légale parce que dans les voies régulières de régularisation», a affirmé le responsable des jeunes, convaincu que seule une régularisation foncière peut arranger cette «situation délicate». abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here