PARTAGER

Depuis avant-hier, c’est la consternation dans le quartier Niakhar Maak de la commune de Niakhar où un enfant du nom de Ngor Senghor, âgé seulement de 12 mois, a été enlevé en milieu d’après-midi. Il a été retrouvé plus tard poignardé à mort dans une maison en construction et située dans le quartier Mboubane de la ville de Fatick, à 18 km de là.
L’auteure présumée de cet enlèvement est une jeune fille de 19 ans répondant au nom de Mya Ndiaye. Elle est venue de Dakar pour séjourner, comme elle a eu à le faire deux ou trois fois, chez le sieur Aliou Guèye, un voisin de la famille de la victime. Après avoir réalisé son forfait, Mlle Ndiaye se serait livrée à la Brigade de gendarmerie de Fatick où elle est actuellement en garde à vue en attendant, selon notre source, son défèrement devant le procureur près le Tribunal de grande instance de Fatick dès ce lundi.
Dévastée par le drame qui venait de s’abattre sur elle, la maman de la victime, Khady Ngom, s’est tout de même efforcée de retracer le film de ce funeste évènement qui va la marquer à jamais. «Hier (avant-hier) vers 12h, elle (Mya Ndiaye) est venue me demander de me garder mon fils pour que je puisse convenablement préparer le déjeuner. Quand j’ai fini de préparer, je suis partie chez les Guèye chercher mon fils, mais Coumba (l’épouse de Aliou Guèye) m’a fait savoir que Mya est partie avec Ngor rejoindre Aby Guèye au Cem», explique la maman de la victime. «La deuxième fois, quand je suis revenue chercher mon fils, je ne l’ai toujours pas trouvé. Nous sommes parties au Cem, Aby et moi, ils n’y étaient pas. C’est ainsi qu’après avoir fouiné partout, nous nous sommes rendues à la gare routière. Nous y avons trouvé un chauffeur qui nous a demandé de lui décrire la personne recherchée. Quand nous lui avons fait savoir que c’est une jeune fille habillée d’une robe rouge avec des tresses en pompon et portant sur son dos un enfant de sexe masculin, aussitôt il nous a dit l’avoir transportée jusqu’à Fatick il n’y a pas longtemps», narre-t-elle très émue.
Poursuivant son récit, elle déclare : «C’est ainsi que nous avons rebroussé chemin et vers 17h, nous sommes retournées à la gare routière, Aby Guèye et moi, mais on nous a dit qu’elle n’était toujours pas rentrée de Fatick. Nous y sommes restées jusqu’aux environs de 21h. Nous avons vu des gendarmes passer et nous sommes retournées chez les Guèye où la maman nous informe que la gendarmerie est venue prendre Coumba pour l’emmener à la sous-préfecture. Nous avons voulu nous y rendre, mais en cours de route, j’ai aperçu les gendarmes chez moi et je suis rentrée. Ils m’ont montré une photo en me demandant si je reconnaissais la personne qui y figure. Je leur ai dit que c’est elle qui a emmené mon fils depuis midi…», a-t-elle témoigné en sanglots.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here