PARTAGER

Le juge de la Cour fédérale de Lagos, Abdulazeez Anka, a rendu lundi 28 août sa décision suite à l’investigation menée par la Commission des crimes économiques et financiers (Efcc) contre Madame Diezani Alison-Madueke, ancien ministre du Pétrole et figure de l’ancien gouvernement de Goodluck Jona­than. Elle a ordonné la saisie de 17,6 millions d’euros dont l’origine est considérée comme frauduleuse.
Selon l’accusation, des comptes avaient été ouverts au bénéfice de Diezani Alison-Madueke dans des banques locales par des représentants de la Compagnie pétrolière nationale (Nnpc) alors qu’elle était ministre des Hydrocarbures entre 2010 et 2015. Cette saisie fait suite à la confiscation de nombre de ses avoirs, notamment des propriétés à Lagos et à travers le pays pour une valeur de 37 millions d’euros.

Citée dans plusieurs autres enquêtes
Diezani Alison-Madueke, première femme à la tête de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) entre 2014 et 2015, est actuellement en liberté sous caution à Londres après avoir été arrêtée dans le cadre d’une autre enquête britannique, sur un vaste scandale de corruption internationale et de blanchiment d’argent.
Son nom a également été cité dans une plainte pour corruption visant deux hommes d’affaires nigérians aux Etats-Unis et dans une enquête en Italie concernant un contrat pétrolier de 1,1 milliard d’euros avec les majors Eni et Shell.
jeuneafrique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here