PARTAGER

Lors de la réunion du Conseil supérieur de la magistrature (Csm), 61 magistrats ont accédé au grade de magistrat hors hiérarchie.

Après des mois de tension, le Conseil supérieur de la magistrature (Csm) s’est réuni hier dans une «ambiance cordiale et en toute transparence». A l’issue de cette rencontre, le Csm a ordonné l’accession de soixante-un  magistrats au grade de ma­gistrat hors hiérarchie «en application des nouvelles dispositions du Statut des magistrats». Selon la Chancellerie, il s’agit d’une mesure historique jamais prise depuis l’indépendance et qui répare une injustice. Dans ce lot de magistrats promus à cet échelon, il y a le juge Souleymane Téliko qui devait être devant le Conseil de discipline, après avoir dénoncé les consultations à domicile, Aïssé Gassama Tall, Jean Kandé, Abdou Aziz Seck, entre autres.
Par ailleurs,  le Conseil supérieur de la magistrature a acté la nomination du Procureur général près la Cour d’appel de Saint-Louis. Il s’agit de Ciré Aly Ba, précédemment administrateur des Chambres africaines ex­traor­dinaires. Bien sûr, la fin du jugement de Hissein Habré dont le verdict en appel est attendu demain fait que les magistrats affectés au niveau de cette instance sont revenus dans leur famille. Par exemple, Mbacké Fall, Procureur général près les Cae, est nommé conseiller à la Cour suprême ainsi que Matar Ndiaye. Alors que  Moustapha Ka est affecté au niveau de l’Administration centrale du ministère de la Justice.
Il faut savoir que le Csm a procédé à la nomination de magistrats pour faire fonctionner les nouvelles juridictions créées en vue «de faciliter l’accès de la justice aux populations». Il s’agit des Tribunaux de grande instance de Kédougou et de Sédhiou et des Tribunaux d’instance de Saraya, Salémata et Koungheul.
bsakho@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here