PARTAGER

Les ayants droit des redevances des droits d’auteur et droits voisins rentreront dans leurs fonds au plus tard en début février. L’assurance est de Bouna Manel Fall, directeur de la Sodav. Lui, son trésorier et la présidente du Conseil d’administration de ladite société ont fait hier à Sorano le bilan des 100 jours d’exercice de la Sodav. L’on retient finalement de cette rencontre que la gestion du Bsda par son ancien directeur, Mounirou Sy, n’a pas été l’une des meilleures. En clair, la Sodav l’accuse de mauvaise gestion.

Les récentes sorties de l’Association des acteurs de l’industrie musicale (Aim) réclamant le paiement des redevances tirées des droits d’auteur et droits voisins ont porté leurs fruits. «La répartition se fera avant la fin du mois ou au début de février», a assuré hier en conférence de presse Bouna Manel Fall, directeur de la Sodav. La lenteur notée dans le paiement de cette somme est la résultante de la gestion de Mounirou Sy, si l’on en croit les responsables de la Sodav. Face à la presse pour faire le bilan des 100 jours d’exercice de ladite société, ils ont informé que «la Sodav a hérité de 3 réparations que le Bsda devait payer et qui ne l’ont pas été». A ce jour, explique Bouna Manel Fall, «nous devons payer la répartition du premier semestre de 2015 qui est de 92 millions et 78 millions pour le second semestre de la même année. Or nous n’avons trouvé que 40 millions dans les caisses du Bsda avec une masse salariale de 17 millions». Ce trou constaté dans les caisses de l’institution est causé en partie par la mauvaise gestion de l’équipe dirigée par Mounirou Sy et les dettes de certaines entités envers ladite société, d’après les explications de la Sodav. «Il nous fallait donc trouver assez d’argent pour pouvoir payer les ayants droit… Nos équipes ont pu mobiliser 165 millions», a éclairci M. Fall.
Matar Diouf, trésorier de la Sodav, mentionne que «dans le monde entier, aucune société de gestion collective ne dépasse 35% de frais de gestion dans son budget de fonctionnement alors que le Bsda avait un taux de 75% ». Les agents du Bsda, explique-t-il, étaient comme dans leur banque. «Ils contractaient des prêts sur l’argent des ayants droit. Ce qui fait qu’ils doivent à la Sodav 82 millions dont 7 millions ont été recouverts». L’on apprend aussi que les membres du Conseil d’administration percevaient 50 mille par personne aux réunions mensuelles qu’ils organisaient. Et ce n’est pas tout, indique le trésorier : «Dans les états financiers, nous devons 167 millions au Fisc et à l’Ipres alors que les impôts et la cotisation sociale ont été débités des salaires. Où est passé cet argent ?», s’est interrogé Matar Diouf. Ce dernier informe qu’à ce jour, «la Sodav court après plus d’un milliard de dette qui est répartie comme suit : la Rts doit 135 millions, les diffuseurs privés 221 millions, les radios communautaires 36 millions, les usagers douteux 92 millions, le Fesman 200 millions et 238 millions pour les avances sur répartition données à des artistes».

Le bilan des 100 jours  
Se prononçant sur le bilan des 100 jours passés à la tête de la Sodav, l’équipe de Bouna Manel Fall informe que la première décision prise était d’alléger les charges de l’entreprise. Le salaire de 4 millions que Mounirou Sy percevait a été réduit au tiers par rapport à celui de son successeur ainsi que les avantages. C’est ce que révèle le trésorier qui fait savoir par ailleurs que pour avoir un œil sur la gestion de la Sodav, un tableau de bord retraçant les entrées et sorties d’argent devra être présenté chaque 15 jours au Conseil d’administration. «Cela va permettre de réduire d’ici la fin de l’année les charges de 20%», selon Matar Diouf. A tire comparatif, il indique que d’octobre à décembre 2015, le Bsda a recouvert 129 millions et que dans cette même période en 2016, la Sodav a fait 165 millions, soit une augmentation de 28%. Et sur les décaissements, si l’on en croit les chiffres de M. Diouf, «108 millions ont été dépensés par le Bsda dans les 3 derniers mois de 2015 alors qu’en 2016, dans la même période, la Sodav n’a sorti que 102 millions».  Toutes nos tentatives pour joindre Mounirou Sy son restées vaines.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here