PARTAGER

Le Groupe des six syndicats les plus représentatifs dans le secteur éducatif dénonce les mauvaises conditions de travail dans les écoles et établissements scolaires de l’Ief (Inspection de l’éducation et de la formation) de Kolda. Il menace de descendre dans la rue pour exiger des autorités de régler les problèmes du moment.
Plusieurs difficultés plombent déjà le système éducatif dans l’Académie de Kolda. Des doléances que le Groupe de six syndicats de l’enseignement porte en bandoulière. D’abord la lancinante question du paiement des indemnités liées aux examens du baccalauréat  et du Bfem de la dernière année scolaire. A en croire Saloum Sonko, Secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal/Authentique (Sels/A), «ces indemnités ne sont pas encore payées aux enseignants jusqu’à ce jour». Et M. Sonko de préciser que dans plusieurs localités du pays, ces indemnités sont payées depuis belle lurette. Il ajoute même qu’à Vélingara et à Médina Yoro Foulah, la question est un vieux souvenir.
Comme pour montrer que seule l’Inspection de l’éducation et de la formation de Kolda traîne encore les pieds. Suffisant alors pour que les enseignants affiliés aux syndicats du G6 sonnent l’alerte et menacent de passer à la vitesse supérieure, si rien n’est fait après le 30 novembre prochain. Une volonté hautement exprimée par Waly Diatta, Secrétaire général du Saems.
Par ailleurs, le G6 de Kolda dénonce l’insuffisance des tables-bancs constatée dans les différentes écoles et établissements du département. Pour le Secrétaire général du Sels/Authentique, Kolda est en manque criard de tables-bancs. Et Saloum Sonko d’évaluer ce besoin pressant à 22 000 tables-bancs pour  la région ; alors que pour le département de Kolda seulement le besoin est exprimé à 9037 tables-bancs.
Dans la commune de Kolda, la carte scolaire révèle un besoin de 4032 tables-bancs. Ces difficultés sont aussi renforcées par le nombre élevé d’élèves dans les lycées et collèges. Ici, le G6 signale des effectifs pléthoriques dans des salles de classe où il n’y a pas assez de tables-bancs. Ce qui fait dire à Waly Diatta que les  élèves s’assoient par trois et parfois par quatre. Ainsi, le G6 de Kolda hausse le ton pour dénoncer ce qu’il qualifie de conditions mortelles dans les établissements où l’autre face montre le non-respect du protocole sanitaire contre la pandémie du coronavirus. Et Saloum Sonko de souligner que dans ces établissements, élèves et enseignants sont toujours sans masque, faute de disponibilité dans la localité.
A propos du respect de la distanciation, le G6 affiche sa désolation face à ces nombreux apprenants qui se bousculent pour avoir des places dans les salles de classe. Au lycée Bouna Kane dans la commune de Kolda, on note 11 classes pédagogiques qui tournent sans salles fixes et avec des effectifs de plus de 75 élèves par classe. Ce qui fait qu’avec la journée continue, ces classes ne peuvent fonctionner que les après-midi à partir de 15 h. Waly Diatta et ses camarades fustigent les conditions de travail au Lycée Alpha Molo Baldé où la question des effectifs accroît le besoin en tables-bancs. 400 tables-bancs sont attendus pour réduire fortement le déficit.
Fort de tous ces constats, le G6 met la responsabilité sur le dos des autorités étatiques qui tardent à prendre des mesures exécutoires pour améliorer les conditions de vie dans ces espaces scolaires.
Face à la presse, les enseignants membres du G6 invitent aussi le gouvernement à réduire les lenteurs et lourdeurs administratives dans le sens de régulariser les situations et assurer une bonne carrière des professionnels de la craie. A signaler que le G6 est un groupe composé de six syndicats qui sont le Sels, le Sels/A, le Saems, le Cusems, l’Uden et le Snelas/Fc. Ces formations syndicales de l’enseignement défendent ensemble les intérêts des enseignants et de l’école sénégalaise dans sa globalité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here