PARTAGER

La Minusma a annoncé que deux casques bleus ont été tués au Mali et un troisième blessé mardi dans une embuscade tendue aux environs d’Aguelhok (nord-est), près de la frontière algérienne.

Des casques bleus effectuaient une patrouille à pied vers 6h 30 Gmt à 5 km d’Aguelhok quand ils ont été attaqués, a précisé la Mission des Nations unies (Mi­nusma) dans un communiqué, sans révéler leur nationalité. Une source militaire au sein de la force de l’Onu a affirmé à l’Afp qu’ils appartenaient au contingent tchadien. «Cette attaque s’ajoute à une vague de violences qui, au cours des dernières semaines, a ciblé sans distinction les populations civiles, les forces armées maliennes et les forces internationales», a souligné le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif.

Trois casques bleus tués en trois semaines
«Ces violences ne visent qu’à ébranler les efforts du camp de la paix pour ramener la stabilité et l’unité au Mali», a-t-il estimé, réaffirmant le soutien de la Minusma aux «efforts du gouvernement malien et des autres parties signataires ainsi que du Peuple du Mali dans la mise en œuvre de l’accord» de paix. Un casque bleu libérien avait été tué le 3 mai dans une attaque contre le camp de la force de l’Onu à Tombouctou.
Cette attaque, comme la plupart de celles perpétrées ces dernières semaines au Mali, avait été revendiquée par le «Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans», alliance jihadiste récemment créée, sous le commandement du chef islamiste touareg malien Iyad Ag Ghaly.
jeuneafrique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here