PARTAGER
Serigne Mbaye Thiam.

Le Syndicat des inspecteurs de l’Education nationale (Siens) va entamer à partir d’aujourd’hui, son 5ème plan d’actions qui va couvrir la période du 9 au 21 juillet 2018. Les inspecteurs de l’éducation dénoncent le dilatoire du gouvernement et exigent la tenue d’une plénière pour trouver une solution à leurs préoccupations.

Les inspecteurs de l’Education nationale sont déterminés à amener le gouvernement à organiser une plénière pour statuer sur leurs différentes préoccupations. Le Syndicat des inspecteurs de l’Education nationale du Sénégal (Siens), qui en est à son 5ème plan d’actions, dénonce «l’entêtement du gouvernement, son dilatoire et sa stratégie de pourrissement». Joint par téléphone hier, le Secrétaire général dudit syndicat soutient que le gouvernement n’a pas tiré de leçons des conséquences de la crise éducative avec les syndicats d’enseignants. El Cantara Sarr informe que les inspecteurs de l’éducation seront en grève du lundi 9 juillet au 21 juillet. Ainsi durant cette période, le syndicaliste renseigne qu’ils ont prévu de geler les examens professionnels, qui concernent un millier d’enseignants en attente. Selon M. Sarr, ceci aura des conséquences sur la carrière de ces derniers et aussi les engagements pris par le gouvernement.
Cette grève impactera aussi la formation initiale de 2900 élèves-maitres actuellement dans les centres de formation qui risquent de ne pas faire d’examens, de ne pas être affectés. Mais aussi sur la qualité des ressources humaines. Outres ces activités, les inspecteurs durant cette période vont aussi observer des débrayages tous les jours à partir de 10h. El Cantara Sarr, qui attire l’attention sur les conséquences de cette grève, appelle toutes les parties prenantes à s’investir pour pousser le gouvernement vers l’organisation d’une plénière avec tous les ministres concernés pour trouver une solution aux préoccupations des inspecteurs.
Les revendications des inspecteurs de l’éducation tournent entre autres autour de la gestion de leur carrière notamment les lenteurs administratives, la formation continue, leur mobilité. Il y a également la question de l’appel à candidature pour la nomination aux fonctions de responsabilités. Concernant cette revendication, le Secrétaire général du Siens dénonce le manque de transparence et la mainmise du ministre de l’Education nationale. Autre préoccupation, c’est l’iniquité notée dans le régime indemnitaire soumis aux membres de ce corps. D’après M. Sarr, quel que soit leur niveau, tous les inspecteurs bénéficient du même montant.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here